Union rationaliste

Section locale Ardèche-Drôme-Isère

Notre région se caractérise par un fort potentiel en matière de formation, de recherche et d'industrie innovante. Parallèlement l'activité sociale et culturelle est importante et s'exprime au travers de nombreuses associations.
Dans ce contexte l'Union rationaliste doit essayer de trouver sa place en ayant une activité spécifique, centrée sur ce que sont ses valeurs fondamentales : laïcité bien sûr, science, société mais en abordant des sujets de fond qui structurent la réflexion et la pensée : raison, rigueur, démocratie, valeur de l'individu, choix de société et vie en société.
Outre les classiques conférences-débats, le groupe essaiera au mieux d'utiliser le site de l'Union pour présenter ses activités, engager des débats et assurer des liens avec d'autres organismes.
De nombreux exemples montrent aujourd'hui la montée de l'irrationnel : retour du religieux et créationnisme, bioéthique malmenée, problèmes liés aux OGM, aux énergies et à l'environnement. Il nous appartient, à notre échelle, de "remettre un peu d'ordre" dans la manière d'aborder les problèmes.
Les questions qui se posent et qu'a su aborder l¹UR depuis sa création en 1930 perdurent et perdureront. C'est pourquoi il faut envisager un effort particulier en direction de la jeunesse.

Neurocercle 2013-2014

Le Cercle d'Études des Neurosciences de l'Union Rationaliste à Grenoble (Neurocercle) a tenu bientôt 50 séances depuis septembre 2009.

Les participants sont passés de 12 à 30 ou 50.

Il a désormais un blog tenu régulièrement

                   http://neurocercle.wordpress.com

Voir aussi le dossier neuro docs
                      https://www.dropbox.com/sh/emw3tpjum14fhgb/I3sGAFcrC_

Tous renseignements par :

              Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Echanges

Nouvelle possibilité pour les adhérents Ardèche-Drôme-Isère de s'exprimer

 Pour une activité plus soutenue de la Section

Faut-il avoir peur de la science ?

{xtypo_dropcap}E{/xtypo_dropcap}n guise de liminaire, je voudrais que vous gardiez en tête un autre titre que j’aurais pu proposer pour cette conférenceConférence donnée par Etienne Klein le 26 mars 2009 dans le cadre du cycle des conférences-débats "L'Odyssée des Savoirs" et organisé par la ville d'Eybens, dans la région grenobloise, et qui, par effet miroir, relativisera tous mes propos : « Devrions-nous souhaiter la fin ou l’arrêt de la science ? ». Imaginez, en somme, qu’à partir de demain, il n’y ait plus de techniciens, d’ingénieurs, de chercheurs, plus non plus d’anesthésie chez le dentiste, plus de laser plus soigner les décollements de la rétine et toutes sortes d’autres choses, etc.

Je sais bien que, parfois, nous voudrions retourner à la nature brute, mais à la condition expresse de pouvoir emporter des vêtements en textile synthétique, une carte de crédit, un téléphone portable et un sac à dos rempli d’antibiotiques.

Ainsi s’exprime le paradoxe de notre rapport au progrès : nous prétendons ne plus y croire, mais nous tenons encore à lui farouchement, même si ce n’est plus que de façon négative, c’est-à-dire en proportion de l’effroi que nous inspire l’idée qu’il puisse s’interrompre.