Hélène Langevin-Joliot

Présidente de l’Union  rationaliste, pour le bureau de l’UR

Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print

Date

Courrier d'Hélène Langevin-Joliot, présidente de l'UR, à la secrétaire nationale du P.C.F.

Lettre du bureau de l’Union rationaliste à la secrétaire nationale du Parti communiste français, s’étonnant de l’initiative prise en faveur de l’enseignement du fait religieux (amendement 136 au projet de loi d’orientation pour l’avenir de l’école) et réponse de Marie-George Buffet.

Union Rationaliste

Paris, le 25 février 2005

Chère amie,

Le bureau de l’Union rationaliste n’a bien évidemment pas de légitimité pour interférer avec les débats qui se déroulent au sein du Parti Communiste Français et les décisions politiques qui en découlent. Néanmoins le Parti Communiste et l’Union rationaliste ont en commun de longue date le souci de défendre la laïcité. C’est pourquoi il nous semble normal que notre bureau vous fasse part de l’étonnement de notre association et de la stupéfaction réprobatrice de nombre de ses adhérents.

C’est avec stupéfaction que nous avons appris que ce sont des bancs du groupe communiste de l’assemblée nationale, par la voix de Monsieur Jean-Pierre Brard, député-maire apparenté communiste de Montreuil, qu’un amendement (le n°136) à la loi d’orientation sur ” l’avenir de l’école ” a été déposé le 14 février, puis adopté dans la nuit du 18 février avec les voix du groupe communiste, aux fins d’introduire l’enseignement du fait religieux à l’école.

Alors que les lycéens, les enseignants et plus généralement les citoyens de notre pays, s’interrogent sur le sens qu’il convient d’attribuer au concept de ” socle minimal de connaissances dans l’enseignement “, ne croyez vous pas qu’il est particulièrement mal venu que les élus communistes et apparentés viennent ” éclairer ” ce débat d’orientation en y déplorant de la tribune de l’assemblée nationale ” l’analphabétisme religieux des jeunes ” et en proposant et faisant voter en séance de nuit, sous les applaudissements de ceux qui étaient, en d’autres temps, désignés comme ” le parti clérical “, l’introduction d’un ” enseignement du fait religieux ” à l’école publique ?

Au sein de l’Union rationaliste, comme probablement au sein de votre organisation, les avis sont partagés sur l’enseignement du fait religieux. La question n’est pas là. Nous regrettons que le Parti communiste français, au détour de l’examen de la loi d’orientation sur l’avenir de l’école, puisse laisser penser que pour lui, ” l’histoire du fait religieux ” fait partie intégrante du ” socle minimal de connaissances dans l’enseignement “, alors que dans le même temps des enseignements académiques du tronc commun vont devenir optionnels. Alors que, et nous y sommes particulièrement sensibles à l’Union rationaliste, l’histoire sociale, l’histoire des idées et l’histoire des sciences, autrement importantes pour préparer les jeunes à leurs responsabilités de citoyens sont quasiment absentes de l’enseignement. Une réflexion plus globale sur ces questions aurait pu éviter ce que nous considérons comme une erreur, qui peut se révéler très préjudiciable.

Nous sommes convaincus que vous recevrez ces remarques comme l’expression de l’importance que nous attachons à l’action du Parti communiste français.

Veuillez agréer, chère amie, l’expression de nos sincères salutations.

Pour le bureau, la Présidente, Hélène Langevin-Joliot

 Réponse de Marie George Buffet

Paris, le 3 mars 2005

Chers amis,

Vous avez tout à fait raison de nous interpeller sur une question qui vous préoccupe. Nous n’y voyons aucune tentative d’ingérence, mais bien au contraire un sens du débat démocratique. C’est ainsi que nous concevons la transformation sociale.
Notre ami Jean-Pierre Brard est membre du groupe des député-e-s communistes et républicains, mais l’initiative de faire voter cet amendement lui revient entièrement, comme député. Le groupe n’a pas voté cet amendement. Je partage votre opinion : dans un contexte de restriction drastique du champ éducatif, avec tout ce qui disparaît du socle minimal de connaissance cet amendement n’est pas vraiment bienvenu.
Je partage également votre diagnostique concernant la nécessité de mieux préparer les élèves à devenir citoyens. Nous avons récemment adopté un projet pour l’école que nous pourrons vous faire parvenir.
Cela dit, il faudra sans doute entamer une réflexion sur la manière dont le fait religieux dans sa globalité est abordé au cours de l’enseignement. Je n’imagine pas cela hors le développement d’une réflexion sur l’enseignement des grands courants de pensée. Pour appréhender le monde et l’existence, il serait dommageable de les ignorer.
J’apprécie votre démarche et j’entends vos remarques mais ne puis que regretter le fait que vous évoquez.

Veuillez recevoir, chers amis, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Marie George Buffet

Venez découvrir

Les Cahiers Rationalistes

Venez découvrir

Raison Présente

Podcast

RECHERCHE PAR THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *