Le bureau de l’Union rationaliste

Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print

14/09/2008

L’Union rationaliste et la visite de Benoît XVI

    La visite de Benoît XVI est accompagnée par une campagne politique et médiatique pour une « laïcité positive » laissant le champ libre aux interventions de l’Eglise catholique, et plus généralement des religions, dans l’espace public. Le rassemblement laïque international du Dimanche 14 septembre, placé sous l’égide de l’Union internationale humaniste et laïque, vise à contrer ces ambitions. Une trentaine d’associations de différents continents y appellent. Les quatre associations françaises adhérentes à l’IHEU qui en avaient lancé l’initiative : La Libre Pensée, la Ligue de l’enseignement, l’Union rationaliste et le Mouvement Europe et laïcité en ont défini en commun les mots d’ordre :

Contre le financement des activités cultuelles ;
Pour la séparation des Etats et des religions ;
Pour la laïcité en Europe.

     Il était important que nous nous rassemblions autour de mots d’ordre clairs, adaptés à la réalité d’aujourd’hui, où l’avenir de la laïcité en France est étroitement lié à celui de la laïcité en Europe en particulier.  

     Les objectifs de l’Union rationaliste se regroupent autour de deux axes majeurs :

  • La défense du rationalisme, de la démarche scientifique et du rôle de la raison dans l’aventure humaine ;
  • – la défense de la laïcité, qui en séparant l’Etat et les religions, met la société civile en mesure d’exercer ses choix hors des contraintes idéologiques que celles-ci voudraient imposer. Elle a donc partie liée pour nous avec celle de la prééminence de la raison sur les idéologies qui prétendent imposer leur pouvoir. 

     La laïcité est attaquée, non seulement par des représentants directs des religions, Benoit XVI en particulier, pour conquérir ou reconquérir le pouvoir d’intervenir dans les affaires des citoyens, mais aussi par les pouvoirs politiques eux-mêmes : pouvoirs politiques eux-mêmes. Il est grave que l’activisme du Président de la République en faveur des religions, la religion catholique en tout premier lieu, n’ait rien à envier à celui du Pape.  

     Les ambiguïtés et les hypocrisies déployées au fil du siècle dernier pour contourner la loi de 1905 dans de multiples domaines ont fini par créer la confusion, y compris sur les principes mêmes. Il nous faut faire la clarté sur les mesures qu’elle implique conformément à la tradition républicaine. Nous pensons cependant que face à cette situation dangereuse, il ne suffira pas de s’opposer radicalement à de nouveaux aménagements de la loi de 1905 en France, ni de supprimer des Traités ou accords européens la référence au rôle spécial des Eglises et les pratiques qui en découlent. Il faut selon nous engager la bataille des idées en replaçant la laïcité au centre de questions majeures en ce début de siècle. Nous en retiendrons deux qui nous préoccupent particulièrement.. 

      Les attaques contre la laïcité s’effectuent dans un contexte d’interrogations sur les conséquences des avancées scientifiques et techniques Le fait avéré qu’il n’y ait pas de relation linéaire entre progrès scientifique et progrès de la société sert de prétexte à certains pour attribuer à l’apport des Lumières et au rôle donné à la raison les désastres du siècle passé et les menaces actuelles. Ils oublient que la science a rendu possible, malgré d’insupportables inégalités, l’allongement de l’espérance de vie et l’amélioration du niveau de vie. Le « Grenelle de l’environnement », a donné un exemple de telles incompréhensions, en tenant à l’écart les communautés scientifiques en tant que telles. La laïcité s’est imposée au début du siècle dernier parallèlement à la reconnaissance de l’importance du progrès scientifique et des espoirs qu’il ouvrait pour répondre aux attentes de la société. Elle a besoin aujourd’hui d’une refondation des rapports de celle-ci avec la science.   

     Le rôle du progrès des connaissances dans l’évolution des modes de pensée et des exigences éthiques est trop méconnu. Mettre en rapport l’histoire des idées et les progrès de la science, c’est prémunir la société contre les tentations obscurantistes, c’est battre en brèche le concept d’une morale révélée, supérieure à toute morale d’essence humaine, produit de l’histoire. Les réformes en cours dans l’enseignement juxtaposent au contraire une culture scientifique à vocation utilitaire, dépouillée de son rôle de formation à l’esprit critique, et une culture humaniste faisant une large place aux religions et ignorant la science. Nous voulons faire prévaloir une culture humaniste intégrant la culture scientifique et les valeurs de la laïcité. 

Telles sont en résumé les idées que l’Union rationaliste compte exprimer lors du rassemblement de Dimanche, comme contribution à la campagne engagée en commun et à poursuivre pour la laïcité. 

 

 

Venez découvrir

Les Cahiers Rationalistes

Venez découvrir

Raison Présente

Podcast

RECHERCHE PAR THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *