Hélène Langevin-Joliot

Le bureau de l’Union Rationaliste

Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print

29 janvier 2012

2012, la démocratie et l’élection présidentielle

L’Union rationaliste présente à tous les visiteurs du site ses meilleurs vœux pour l’année 2012.

L’année 2011 devait, disait-on en haut lieu, être celle où les conséquences de l’effondrement des marchés à l’automne 2008 ne seraient plus qu’un mauvais souvenir. Elle s’est achevée avec la crise des dettes souveraines en Europe, la répétition de « sommets de la dernière chance », la multiplication de plans de réduction des dépenses.

L’année 2012 s’ouvre en France sur des élections présidentielles et législatives : force est de constater qu’au fil des dernières décennies, le sentiment que l’action des « politiques » n’avait plus prise sur l’économie, donc sur leurs conditions de vie, n’a fait que croître parmi les citoyens. La démocratie a-t-elle encore un sens face aux agences de notation ? Il y a peu de chances que les effets de manche d’un président « superman » répondent à cette interrogation de manière efficace. Les changements de tête n’y suffiront pas non plus si les débats ne se développent pas sans tabous. L’Union rationaliste a pour but de promouvoir le rôle de la raison dans le débat intellectuel comme dans le débat public. La campagne présidentielle ne nous dispense pas, par delà les opinions de chacun, de promouvoir ce rôle.

Face à des problèmes de société, il n’est pas de démarche rationnelle qui puisse faire l’impasse sur un diagnostic non biaisé de la situation. Certains des problèmes actuels sont trop évidents pour être niés ou minimisés, en particulier le chômage ou les difficultés de l’accès au logement. Mais il ne s’en suit pas qu’on ait pris toute la mesure de l’accroissement du stress au travail ou de la précarité. Si l’état du système d’éducation inquiète à juste titre, il s’en faut de beaucoup que chacun ait entièrement conscience de toutes les difficultés rencontrées sur le terrain. Trois ans après l’introduction de la loi dite LRU, a-t-on fait le moindre bilan de l’état du système de recherche et des universités « autonomes » avant d’envisager d’étendre autonomie et méthodes du privé à la gestion de l’enseignement secondaire ? La « visibilité internationale » dont on parle dans les médias est-elle le résultat de décisions prises, ou d’efforts antérieurs ? Dispense-t-elle de mesurer les pertes en termes de temps, de créativité et de motivation des jeunes ?

Pour tenter de trouver des solutions aux dysfonctionnements actuels, il n’est pas de démarche rationnelle qui puisse faire l’impasse sur les résultats des « remèdes » promus jusqu’alors. S’agissant du chômage, il est de coutume de dire que l’on a déjà tout essayé : donnons acte au président de déclarer qu’il ne veut pas s’y résigner ! Mais ne serait-il pas temps, aussi, de remettre en cause un remède qui a prouvé son inefficacité, à savoir l’abaissement du « coût du travail » ? Pour résoudre la « crise de la dette » dans la zone euro, la priorité serait d’accroître la « compétitivité » dans les pays déficitaires. Comment ne pas voir que les exportations des uns font les déficits des autres, faute de construire une Europe solidaire et dans l’intérêt de tous ? Faudrait-il adapter l’homme aux règles dictées par la finance au mépris de l’économie réelle, ou engager la modification des règles en fonction des besoins de cette dernière pour permettre à l’humanité de vivre mieux ?

Nous vous proposons de donner votre avis sur les idées avancées ci-dessus. Nous les développerons et en avancerons d’autres dans les semaines qui suivent. L’appel à l’adhésion que nous avons lancé en septembre dernier a commencé à porter ses fruits. Nous sommes convaincus qu’en cette période particulière, le rationalisme est plus que jamais indispensable à la réflexion et à l’argumentation pour déboucher sur des choix constructifs et peut-être audacieux. Comme le fut l’usage de la boussole pour atteindre autrefois le Nouveau monde. Il faut donc poursuivre.

L’Union rationaliste a besoin de votre soutien, de vos avis et de votre action.

Pour le bureau de l’Union rationaliste, la présidente Hélène Langevin-Joliot

Podcast

RECHERCHE PAR THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *