Gérard Fussman

Agrégé de lettres classiques – Professeur honoraire au Collège de France

Les Cahiers Rationalistes
n°658

Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print

Les Cahiers Rationalistes N°658 janvier-février 2019

L’antisémitisme, la mémoire et l’histoire

Texte paru dans les Dernières Nouvelles d’Alsace (courrier des lecteurs) le 8 mars 2019

Le 2 mars 2019 une  dalle  de  pierre  portant  une  inscription  rappelant  qu’« Ici s’élevait la synagogue de Strasbourg incendiée et rasée par les nazis le 12 septembre 1940 » fut renversée. On crut à un acte antisémite. Indignation unanime. Bravo.  Mais l’antisémitisme n’a pas commencé avec  les Rothschild    et les nazis. Certains se souviennent encore de l’affaire Dreyfus. Mais où se trouve la  plaque  commémorant  le  massacre,  le  14  février  1349,  de  toute  la population juive de Strasbourg, quelques enfants et les jolies femmes exceptés, soit deux mille personnes brûlées vives, en même temps, sur un gigantesque bûcher avec  l’approbation de l’évêque consulté sur la façon de     s’y prendre ? Résultat collatéral, ou cause déterminante, l’abolition des dettes contractées par les Strasbourgeois de ce temps auprès des juifs. La créance disparut avec le créancier. À l’époque  il  n’y  avait  pas  d’autres  banquiers  et les juifs étaient économiquement forcés de pratiquer des taux d’intérêt très élevés, usuraires (https://fr.wikipedia.org/wiki/Pogrom_de_Strasbourg)[1].

Les Strasbourgeois d’aujourd’hui n’ont rien en commun avec  les assassins de 1349 et l’archevêque de Strasbourg condamne avec vigueur l’antisémitisme. Mais rappeler ce bûcher, qui ne fut que l’un des nombreux allumés en France et en Allemagne de 1348 à 1349, ne serait-il pas aussi important que rappeler l’incendie de la synagogue de Strasbourg par les nazis ?

Gérard Fussman

~~~~

[1] L’article de Wikipedia me paraît très bien rédigé. Il comporte une allusion à la révolte d’Armleder. Le premier article en français que l’on trouve à ce propos dans Google en dit ceci : « Surnommé par référence à son bracelet de cuir, devenu symbole de la révolte des campagnes contre l’usure judaïque, Armleder prit la tête d’une bande de paysans qui déferla en Haute-Alsace au début de 1338 ». Bonjour l’antisémitisme ! (http://www. alsace-histoire.org/fr/notices-netdba/armleder-konig-ou-roi.html).

Podcast

RECHERCHE PAR THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *