Raison présente n° 217

19,00

Mars 2021

CRISE ET EXPERTISE

Sommaire

Présentation
La rédaction de Raison présente 3-4

L’expertise en question
Emmanuelle Huisman-Perrin… 5-13

Comment s’est construite la légitimité du GIEC ?
Jean Jouzel…………………………………. 15-26

Pour une recherche médicale participative : quand la crise du Sida introduit un nouveau modèle
Patrice Debré……………………………. 27-35

Jean-Michel Blanquer et l’instrumentalisation politique des neurosciences cognitives
Philippe Champy……………………… 37-46

Expertise, science et politique (de la fin de l’Ancien Régime à la Grande Guerre)
Fabienne Bock………………………….. 47-56

Territoires vivants de la République : une école ordinaire face à la crise sanitaire
Laaldja Mahamdi…………………….. 57-62

Crise et liberté. Une conversation autour de la pandémie Coronavirus
Thierry Leterre…………………………. 63-72

Reconstruire l’hôpital public par la démocratie sanitaire
André Grimaldi & Jean-Paul Vernant……………………………… 73-83

Le cosmopolitisme est-il utopique ?
Alain Policar……………………………… 85-95

Actualité de la Commune de Paris (1871)
Fabienne Bock………………………… 97-101

 Trimestrielles
Sciences, Étymologie & sémantique, Cinéma, Atlas des arts vivants, Musique, À travers quelques livres, Notes de lecture

Disponible en version numérique sur Cairn.info : https://www.cairn.info/revue-raison-presente.htm

CRISE ET EXPERTISE

Présentation du numéro 217

Évidemment touchés par la crise de la COVID, nous avons souhaité prendre part à la réflexion qu’elle ne manque pas de sus- citer, en se dégageant toutefois d’une actualité vite dépassée, pour tenter d’aborder des thèmes plus généraux qui ont surgi à cette occasion. Un des aspects qui nous a frappés est celui du recours aux « experts » sollicités par le pouvoir – mais pas toujours écoutés – et largement accueillis par les médias où leur qualification a rarement fait l’objet de vérifications sérieuses et où leurs interventions divergentes, voire contradictoires, ont fini par créer une véritable cacophonie. Nous vous proposons donc un dossier en deux parties, l’une concernant la question des experts et de l’expertise sous divers aspects, l’autre abordant des aspects plus généraux liés à l’expérience de la vie pendant l’épidémie et s’achevant par une réflexion sur l’avenir de l’hôpital public, fragilisé avant même la crise et plus durement éprouvé par celle- ci.

Cinq articles abordent l’expertise avec des points de vue variés :

  • Emmanuelle Huisman-Perrin ouvre ce dossier en proposant, en philosophe, une réflexion critique sur les notions d’expert et d’ex- pertise (l’expertise en question).
  • L’article de Jean Jouzel montre avec précision comment le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) a su imposer ses conclusions que ne contestent plus que quelques irréductibles climato-sceptiques. Il retrace les méthodes de travail rigoureuses et de longue durée – plus de trente ans – menées par des chercheurs du monde entier qui ont abouti à la reconnaissance dont il jouit actuellement, expliquant également le mode de relations qu’il entretient avec les gouvernements, un mode de relations qui participe pleinement à sa
  • Le témoignage de Patrice Debré met en lumière une pratique innovante, et même révolutionnaire, l’accueil progressif par l’ANRS (Agence Nationale de Recherche sur le Sida) de l’expertise des malades eux-mêmes dans la réflexion sur les traitements et même dans la recherche sur l’épidémie de Une expérience à laquelle nul n’a envisagé de se référer dans la gestion de la crise sanitaire actuelle, ce que déplore l’auteur, et dont les échos se multiplient ces derniers temps au sein de nombreux médias.
  • Philippe Champy, pour sa part, s’attache à l’analyse critique du rôle réservé aux neurosciences auprès du ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, au sein d’un conseil qui exclut toute autre forme d’expertise.
  • Enfin, Fabienne Bock donne quelques pistes pour appréhender le rôle des scientifiques et situer la naissance de la notion d’expertise en France, de la fin du xviiie au début du xxe siècle et interroge les relations entre savants, experts et politique durant la période.

De façon plus générale, trois contributions prennent en compte la crise sanitaire globale et ses effets philosophiques, politiques et sociaux.

  • Le témoignage de Laaldja Mahmadi nous plonge dans le quotidien vécu de la crise en racontant la pratique d’une directrice d’école primaire durant le Un récit qui révèle, au-delà des problèmes propres à l’organisation de l’enseignement et à son adaptation aux différentes mesures de confinement, l’exacerbation des problèmes sociaux.
  • Thierry Leterre propose une lecture philosophique des effets sociaux et politiques des mesures qu’a engendrées la crise Appuyée sur les études et concepts forgés par Michel Foucault, sa réflexion nous interroge sur ce que les restrictions apportées à nos libertés font à la démocratie.
  • Enfin, André Grimaldi dont on connaît l’engagement sans faille pour la défense du service public de santé, tire les leçons des effets de la crise de la Covid sur l’hôpital public, révélant et ampli- fiant les difficultés largement dénoncées depuis des Il propose une nouvelle politique pour reconstruire l’hôpital sur une base démocratique.[1]

Hors dossier, dans notre rubrique Varia, la rédaction vous propose une réflexion d’Alain Policar, « Le cosmopolitisme est-il utopique ? », une question à laquelle il a consacré de longues recherches et deux ouvrages récents (Comment peut-on être cosmopolite ?, Le Bord de l’eau, 2018 et Cosmopolitisme ou Barbarie, Éditions Rue d’Ulm, 2020).

Enfin, le cent cinquantième anniversaire de la Commune de Paris donne lieu à une riche actualité éditoriale ainsi qu’à diverses manifestations dont Fabienne Bock esquisse ici un panorama.

La rédaction de Raison présente

1 – Voir aussi à ce sujet, l’article de Frédéric Pierru, « Quelques considérations sur “l’hôpital de flux” », publié dans le numéro 216 de Raison Présente (décembre 2020).

 

n°670

Les Cahiers Rationalistes

Janvier-février 2021

n°217

Raison Présente

• Mars 2021

Podcast

RECHERCHE PAR THÈME