France Culture
Raison présente
Cahiers rationalistes
previous arrow
next arrow

L'édito de l'Union

Les enseignements de la crise sanitaire Désinformation scientifique et manipulation de l’opinion

Par le bureau de l’Union rationaliste

Après l’arrivée de la pandémie il y a deux ans, la population frappée de sidération et très angoissée a attendu beaucoup de la part des scientifiques. Les connaissances sur le SARS-CoV-2 et la COVID-19 ont très rapidement évolué grâce à une mobilisation mondiale inédite de la communauté des chercheurs, avec le partage des données et une politique éditoriale accélérée par les nouvelles pratiques de la science ouverte. On a ainsi enregistré en 2020 plus de 100 0000 articles dans des revues, sans compter 30 000 pré-publications (sur internet, non validées par les pairs) liées au Covid, et ceci dans tous les domaines de la recherche : surtout biomédecine, et aussi maths/info, physique/chimie et SHS (droit, économie et psychologie, etc.). En un temps record la nature du virus a été identifiée et des vaccins divers ont été développés, dont le nouveau vaccin à ARN messager.

Les citoyens, témoins de la recherche « en train de se faire », se sont trouvés face à une profusion d’informations, souvent fluctuantes, dont il leur était malaisé d’apprécier la pertinence. Ils ont aussi été confrontés aux incertitudes, aux doutes et aux controverses scientifiques qui font partie du processus d’élaboration des connaissances mais peuvent être difficiles à appréhender par un public non averti. Les diverses sources d’informations — institutions, presse, médias, mais aussi réseaux sociaux — ont été des vecteurs déterminants pour éclairer les citoyens.

Toutefois des dérives ont été constatées dans la production et surtout la communication des résultats scientifiques, alimentant la défiance du public, d’autant plus difficile à lever que les connaissances sur le virus et la pandémie sont en constante évolution. Les scientifiques eux-mêmes ont eu leur part de responsabilité dans les incompréhensions du public. Beaucoup de pré-publications ont de bonne foi fourni des résultats partiels trop vite acquis et souvent trompeurs (moins de 20% d’entre elles se sont concrétisées par une vraie publication : un fort déchet !). De plus certains chercheurs ont ignoré sciemment les fondements de la démarche scientifique que sont la rigueur, l’honnêteté et la transparence des méthodes utilisées. C’est le cas pour les travaux menés à l’IHU de Marseille sur le traitement du SRAS Cov2 par l’hydroxychloroquine, qui ont suscité une virulente controverse, pas encore tout à fait éteinte.

Le partage des connaissances des chercheurs avec le public nécessite en général le difficile et indispensable travail de médiation des journalistes. Force est de constater que de ce côté aussi les dérives ont été nombreuses : certains médias télévisuels de grande écoute ont favorisé une « communication spectacle » volontiers polémique et entretenu la confusion entre vérité scientifique et opinion. Même les radios et les journaux les plus sérieux, moins bousculés par le temps, reconnaissent avoir répercuté des pré-publications non validées contrairement à leur éthique usuelle. Les nouveaux médiateurs de l’information que sont Internet et les réseaux sociaux ont de plus contribué à la confusion. Des plateformes YouTube, des tweets en chaîne, des films comme « Hold up » mélangeant le vrai et le faux ont fourni des tribunes à des pseudo-scientifiques pour y développer des thèses plus que contestables. L’abondance et la cacophonie des annonces ont participé à la désinformation scientifique des citoyens, qui est allée jusqu’à la manipulation de l’opinion :  aux extrêmes, certains citoyens ont adhéré à des croyances complotistes totalement irrationnelles.

Il reste à réfléchir plus avant à la délicate question de la recevabilité des messages issus de l’expertise scientifique. Quelle est l’origine profonde des théories du complot et du populisme scientifique ? Comment aider au contrôle des infox que véhiculent les réseaux sociaux ? Peut-on aider les journalistes scientifiques et aussi tous les autres ? Et si l’on rêvait d’une fabrique de l’opinion par la société elle-même, qui s’approprierait la méthode scientifique en organisant le débat public ?

Ces sujets et bien d’autres seront abordés par l’UR à sa soirée Carte Blanche en présence de Jean-François Delfraissy le mardi 19 avril 2022 à l’IAP   
https://union-rationaliste.org/2022/03/16/carte-blanche-a-jean-francois-delfraissy/  
Le thème sera également développé lors du colloque 2022 de l’UR.

Le 14/04/2022
Michèle Leduc, pour le bureau de l’UR

Vous pouvez laisser votre commentaire en bas de la page : https://union-rationaliste.org/2022/04/12/desinformation-scientifique-et-manipulation-de-lopinion/

Articles les plus lus

Carte blanche à Jean-François Delfraissy

Science, politique et société : l’exemple de la covid 19

Le 19 avril 2022:
Conférence de Jean-François Delfraissy (médecin et professeur de médecine) à 19 h 30 dans l’Amphithéâtre Henri Mineur de l’Institut d’Astrophysique de Paris, 98-bis Boulevard Arago, 75104 Paris.

La science, en particulier la médecine, a dû faire face au Covid 19 dont le mode d’action était complètement inconnu. Le monde scientifique a réussi toutefois à proposer un vaccin dans un laps de temps particulièrement rapide, en moins d’un an. Trop rapide aux yeux de certains. Expliquer, convaincre, s’ajuster en fonction des mutations permanentes d’un virus, avouer ses doutes tout en devant rassurer relève d’une gageure qu’il fallait relever coûte que coûte. li en va de la cohésion d’une société tout entière, de la crédibilité de l’action politique et de la parole de l’expert. L’exemple de la Covid 19 est un cas d’école qui continue à nourrir nos actions et nos réflexions…

Lire la suite »

Irène Frachon ou le courage de la raison

Irène Frachon, est ce médecin pneumologue qui s’est opposée au deuxième laboratoire pharmaceutique français. Elle est parvenue à établir la dangerosité du Mediator et s’est battue pour obtenir son interdiction. Elle vient de recevoir le Prix de l’Union rationaliste…

Lire la suite »

Covid et vaccination : redonner du sens aux chiffres

Au XVIIIe siècle la variole faisait en France 50 à 80 milliers de morts par an. L’inoculation de cellules malades, ancêtre de la vaccination, représentait un risque important (un mort pour 1200 inoculations) mais fut acceptée par les paysans comme par les familles royales et défendue par les philosophes des Lumières, face aux réticences religieuses et conservatrices. Grâce à la vaccination, l’épidémie fut enrayée, puis totalement éradiquée en 1980…

Lire la suite »

La culture scientifique, une urgence citoyenne

Appel à participer aux travaux du groupe de travail Culture Scientifique de l’Union rationaliste
« Faire connaître dans le grand public l’esprit et les méthodes de la science », tel est l’objectif affiché par l’Union rationaliste lors de sa création en 1930. Il est plus que jamais d’une grande actualité, alors que la science joue un rôle toujours plus important dans notre société. La présente pandémie, marquée très vite par le séquençage du virus et la mise au point rapide de vaccins nous en donne un nouvel exemple….

Lire la suite »

Les Communards à l’assaut du ciel

L’Union rationaliste regrette que le gouvernement français n’ait pas jugé bon de célébrer l’anniversaire des 150 ans de la Commune de Paris. Pour sa part l’UR tient à rappeler que bien des décisions révolutionnaires de la Commune touchent à des domaines qui lui tiennent particulièrement à cœur : la laïcité, l’éducation et la culture. Ces décisions, hélas trop vite annulées, ont été les ferments de grandes réformes dont l’histoire de la France a hérité. Elles sont rapportées dans l’article qui suit, publié dans les Cahiers Rationalistes n° 671 de mars-avril, les situant dans le contexte politique de l’époque…

Lire la suite »

L’Université gangrenée ?

Pour faire écho au débat suscité par le terme d’islamo-gauchisme, le bureau de l’UR a demandé à Alain Policar de s’exprimer sur le sujet. Le texte qu’il nous propose éclaire sans parti-pris et avec pédagogie des notions floues qui sous-tendent des débats très actuels.
Alain Policar est politologue et philosophe, professeur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof). Dernier livre paru : L’inquiétante familiarité de la race. Décolonialisme, intersectionnalité et universalisme, Le Bord de l’eau, 2020.

Lire la suite »

Pour une vaccination universelle

En mars dernier lorsque la pandémie a commencé ses ravages, nous pensions que la seule issue à cette crise exceptionnelle serait la mise en service d’un traitement antiviral efficace dans l’attente d’un vaccin. Or, malgré́ les progrès de la prise en charge des malades COVID-19, il n’existe toujours pas de traitement satisfaisant.
Mais, alors que les projections les plus optimistes les annonçaient pour fin 2021, plusieurs vaccins sont aujourd’hui en cours d’exploitation. Deux d’entre eux, qui s’avèrent être à ARN messager, d’un type nouveau, résultent de découvertes de la recherche fondamentale datant de 1989. D’autres sont annoncés avant la fin de l’année…

Lire la suite »

La loi de programmation de la recherche – Avis de l’Union rationaliste

L’Union rationaliste a de tout temps considéré la science et la recherche comme l’une des bases fondamentales de son action militante. Fondée à l’initiative de grands savants comme Paul Langevin en 1930, cette association a joué un rôle essentiel lors de la création du Comité national de la recherche scientifique (CNRS) en 1939 sous l’impulsion de son père fondateur Jean Perrin. Aujourd’hui, alors que se met en place une nouvelle loi sur la programmation de la recherche (LPR) pour les cinq années à venir, l’Union rationaliste tient à faire connaître son avis sur cette loi et ses amendements en cours d’examen par les parlementaires…

Lire la suite »

Le rationalisme par gros temps

Ce numéro double des Cahiers porte l’expression de la pensée rationaliste en temps de crise. Les questions d’actualité y sont rapportées aux principaux axes de réflexion de l’Union rationaliste : la promotion des démarches rationnelles, la science dans son rapport à la société, la transition énergétique et écologique, la défense de la laïcité. Ainsi, la situation actuelle où nous nous trouvons confrontés à une crise sanitaire mondiale fait apparaître d’autant plus urgent l’exercice de la raison ; il s’agit de trouver les lumières nécessaires pour éclairer l’action collective conduisant au « monde d’après » …

Lire la suite »

Fanatique : qui es-tu ?

Rabelais emploie l’adjectif fanatique en 1532 au sens d’une personne croyant détenir une inspiration divine. L’adjectif et le substantif dérivent de fanum, temple, ayant pris en latin le sens d’inspiré en délire, en référence aux cultes de Cybèle, Bellone ou Isis. Avec Voltaire, son sens moderne en fait un être exalté, sectaire et potentiellement dangereux. À partir du XIXe siècle, avec les Anglais, il désigne aussi un enthousiaste admirateur de vedettes sportives ou artistiques, en général inoffensif. Dans ce qui suit, je retiendrai le sens voltairien…

Lire la suite »

RECHERCHE PAR THÈME

n°675

Les Cahiers Rationalistes

• Novembre – décembre 2021

n°221

Raison Présente

• Mars 2022

Podcast

RECHERCHE PAR THÈME