Cartes blanches
France Culture
Raison présente
Communiqué
Cahiers rationalistes
previous arrow
next arrow

L'édito de l'Union

La planification écologique doit être rationnelle  
Rôle de l’État et mobilisation des populations

Par le bureau de l’Union rationaliste avec le groupe Transition écologique et rationalité

La nécessité d’une planification écologique fait son chemin sur tous les continents.  En France, une secrétaire d’État chargée de l’écologie vient d’être nommée pour une stratégie nationale en matière de climat, d’énergie, de biodiversité et d’économie circulaire.  C’est peu. Une véritable planification doit aller bien au-delà d’une coordination entre ministères pour réorienter l’économie, permettre de résister aux lobbies industriels et de faire évoluer notre mode de vie, tout ceci dans un très court délai.

Premier objectif : la transition énergétique     

 Limiter les émissions de gaz à effet de serre (GES) et avant tout du CO2, tout en réduisant les inégalités entre pays et à l’intérieur même des pays : tel est le premier défi[1]. Chaque pays, surtout les plus prospères comme le nôtre, où l’enrichissement s’est fait au détriment des pays pauvres, doit s’engager de façon exemplaire en mobilisant ses richesses. Pour éviter que le réchauffement de la Terre dépasse 2°C [2], des mesures d’adaptation sont à prendre d’urgence, qui seront certainement impactées par la guerre aux portes de l’Europe. La neutralité carbone pour la France en 2050 suppose une réduction des émissions de GES de 80% par rapport à 1990 : un tiers peut être obtenu assez rapidement par l’isolation thermique des bâtiments, près d’un autre tiers par passage aux transports tout-électriques, le reste relevant surtout de la réduction des surconsommations et des circuits courts en matière agricole. Les « puits » de C02, essentiellement à partir des forêts, sont aussi à développer de façon cohérente.

Nécessaire : la cohérence sociale et temporelle entre les objectifs

Les défis sont colossaux, rien ne sera facile. Comment éliminer les énergies fossiles, ce qui implique d’accélérer la production d’énergie non carbonée ? Le nucléaire, qui était le grand atout de la France, pose des problèmes sérieux : une large fraction des centrales actuelles montre des signes de vieillissement, il faudra mettre une priorité sur leur maintenance et leur sûreté ; les EPR ainsi que les « petits réacteurs modulables », à l’étude et posant des problèmes non résolus, sont prévus au mieux dans 10 ans et ont encore à prouver leur rationalité technique, économique et de sécurité. Par contre un très fort coup d’accélérateur peut être donné aux renouvelables pour lesquels la France n’est qu’au 17ème rang en Europe. Pour le solaire, les panneaux photovoltaïques, dont les rendements augmentent, peuvent bénéficier d’une forte réduction des coûts par effet d’échelle et renationalisation, les surfaces utilisables sont considérables en France (et encore plus dans les pays du Tiers Monde dont cela pourrait transformer l’économie), ainsi que les usages de proximité. L’éolien en mer est un autre atout et diverses idées de gaz « vert » se font jour.

Impérative : la réforme des moteurs de notre économie.

Impératif : cesser progressivement d’exploiter les énergies fossiles.  Rien ne se fera sans l’engagement sans faux semblant des entreprises concernées. Pourtant les gérants des grandes entreprises pétrolières et gazières (Gazprom, SaudiAramco, TotalEnergies) orientent leurs investissements dans d’énormes projets rentables sans lien avec l’écologie, bien que prétendus « verts », et qui accroissent les inégalités sociales (ainsi le déploiement de la 5G, les perfectionnements des smartphones, les jeux vidéos, etc.). La rationalité nous invite à questionner les lois du marché, la liberté économique du système capitaliste mondial, et jusqu’à la foi dans les progrès technologiques et les bénéfices de la croissance. Notre manipulation par la publicité et les GAFA, l’oubli de la misère d’un grand nombre de pays, tout nous pousse à la surconsommation, au gaspillage, à l’épuisement des richesses de la planète et à l’effondrement du vivant, mettant en péril la santé et l’avenir des sociétés.

L’écologie rationnelle est l’affaire de tous

La pression sociale grandit : manifestations populaires, mobilisation des jeunes, lycéens et étudiants, qui luttent en nombre pour l’avenir du climat, développant ainsi une nouvelle conscience politique. C’est à l’État de mettre en place un plan d’urgence cohérent en prélevant des ressources auprès des plus riches ; l’effort ne doit pas porter sur les plus défavorisés. Il faut aussi assurer une aide aux pays les plus pauvres pour lutter contre le changement climatique. La sobriété globale s’accompagne d’une lutte contre les inégalités.

Quant à nous citoyens, nous devons accentuer notre pression sur l’État pour qu’il tienne les promesses qu’il fait. En outre ce sont nos modes de vie qui sont à adapter à la survie de l’humanité et de tout le vivant sur la planète.

Michèle Leduc pour le bureau de l’UR
Avec le groupe Transition écologique et rationalité de l’UR

[1] Il y a bien d’autres défis concernant la crise globale matière-énergie en rapport avec l’environnement qui ne sont pas traités ici (pollution, déchets etc., et surtout extinction des espèces).
[2] Voir l’éditorial de l’UR de mai 2022 : « alarme : Le GIEC martèle, il faut viser 1.5°C pas 2°C » 

Vous pouvez laisser votre commentaire en bas de la page : https://union-rationaliste.org/la-planification-ecologique-doit-etre-rationnelle/

Articles les plus lus

Recyclage et transition écologique

> DOCUMENT <
• Nous présentons un état des recyclages des métaux, des verres, creux ou plats, des emballages en matière plastique, des objets et plaques en plastique, des pneus, en précisant ce qui peut techniquement se faire et ce qu’il a été choisi de faire.
• Il faut souligner que ces recyclages permettent non seulement de diminuer les déchets (polluants ou non) et de pallier le manque futur de matériaux « de base », mais ils permettent aussi, dans la plupart des cas, de faire des économies d’énergie notables et de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, et ceci sans compter l’énergie nécessaire à l’extraction des minerais.
• Finalement, nous discutons la façon de combiner les divers recyclages aujourd’hui possibles, et ceux qui doivent être perfectionnés en priorité pour satisfaire au mieux les objectifs globaux de la transition écologique.

Lire la suite »

Carte blanche à Jean-Marc Levy-Leblond

Dieu : les preuves à l’épreuve

Le 21 juin 2022 :
Conférence de Jean-Marc Levy-Leblond (Physicien, essayiste, épistémologue) à 19 h 30 à l’Institut d’Astrophysique de Paris, 98-bis Boulevard Arago, 75104 Paris.

Spéculant sur la cosmologie moderne, un livre récent ravive le vieux débat sur la possibilité de démontrer scientifiquement l’existence de Dieu. En remontant d’abord aux meilleures sources, de Saint Thomas à Spinoza, puis en discutant l’interprétation des théories astrophysiques actuelles, on montrera la naïveté épistémologique, la méconnaissance historique, l’inculture philosophique et théologique de tels arguments. Et l’on avancera que la stratégie discursive la plus efficace dans ce genre de polémique pourrait utilement, par-delà la raison scientifique, faire appel à la fiction littéraire…

Lire la suite »

Carte blanche à Jean-François Delfraissy

Science, politique et société : l’exemple de la covid 19

Le 19 avril 2022:
Conférence de Jean-François Delfraissy (médecin et professeur de médecine) à 19 h 30 dans l’Amphithéâtre Henri Mineur de l’Institut d’Astrophysique de Paris, 98-bis Boulevard Arago, 75104 Paris.

La science, en particulier la médecine, a dû faire face au Covid 19 dont le mode d’action était complètement inconnu. Le monde scientifique a réussi toutefois à proposer un vaccin dans un laps de temps particulièrement rapide, en moins d’un an. Trop rapide aux yeux de certains. Expliquer, convaincre, s’ajuster en fonction des mutations permanentes d’un virus, avouer ses doutes tout en devant rassurer relève d’une gageure qu’il fallait relever coûte que coûte. li en va de la cohésion d’une société tout entière, de la crédibilité de l’action politique et de la parole de l’expert. L’exemple de la Covid 19 est un cas d’école qui continue à nourrir nos actions et nos réflexions…

Lire la suite »

Irène Frachon ou le courage de la raison

Irène Frachon, est ce médecin pneumologue qui s’est opposée au deuxième laboratoire pharmaceutique français. Elle est parvenue à établir la dangerosité du Mediator et s’est battue pour obtenir son interdiction. Elle vient de recevoir le Prix de l’Union rationaliste…

Lire la suite »

Covid et vaccination : redonner du sens aux chiffres

Au XVIIIe siècle la variole faisait en France 50 à 80 milliers de morts par an. L’inoculation de cellules malades, ancêtre de la vaccination, représentait un risque important (un mort pour 1200 inoculations) mais fut acceptée par les paysans comme par les familles royales et défendue par les philosophes des Lumières, face aux réticences religieuses et conservatrices. Grâce à la vaccination, l’épidémie fut enrayée, puis totalement éradiquée en 1980…

Lire la suite »

La culture scientifique, une urgence citoyenne

Appel à participer aux travaux du groupe de travail Culture Scientifique de l’Union rationaliste
« Faire connaître dans le grand public l’esprit et les méthodes de la science », tel est l’objectif affiché par l’Union rationaliste lors de sa création en 1930. Il est plus que jamais d’une grande actualité, alors que la science joue un rôle toujours plus important dans notre société. La présente pandémie, marquée très vite par le séquençage du virus et la mise au point rapide de vaccins nous en donne un nouvel exemple….

Lire la suite »

Les Communards à l’assaut du ciel

L’Union rationaliste regrette que le gouvernement français n’ait pas jugé bon de célébrer l’anniversaire des 150 ans de la Commune de Paris. Pour sa part l’UR tient à rappeler que bien des décisions révolutionnaires de la Commune touchent à des domaines qui lui tiennent particulièrement à cœur : la laïcité, l’éducation et la culture. Ces décisions, hélas trop vite annulées, ont été les ferments de grandes réformes dont l’histoire de la France a hérité. Elles sont rapportées dans l’article qui suit, publié dans les Cahiers Rationalistes n° 671 de mars-avril, les situant dans le contexte politique de l’époque…

Lire la suite »

L’Université gangrenée ?

Pour faire écho au débat suscité par le terme d’islamo-gauchisme, le bureau de l’UR a demandé à Alain Policar de s’exprimer sur le sujet. Le texte qu’il nous propose éclaire sans parti-pris et avec pédagogie des notions floues qui sous-tendent des débats très actuels.
Alain Policar est politologue et philosophe, professeur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof). Dernier livre paru : L’inquiétante familiarité de la race. Décolonialisme, intersectionnalité et universalisme, Le Bord de l’eau, 2020.

Lire la suite »

Pour une vaccination universelle

En mars dernier lorsque la pandémie a commencé ses ravages, nous pensions que la seule issue à cette crise exceptionnelle serait la mise en service d’un traitement antiviral efficace dans l’attente d’un vaccin. Or, malgré́ les progrès de la prise en charge des malades COVID-19, il n’existe toujours pas de traitement satisfaisant.
Mais, alors que les projections les plus optimistes les annonçaient pour fin 2021, plusieurs vaccins sont aujourd’hui en cours d’exploitation. Deux d’entre eux, qui s’avèrent être à ARN messager, d’un type nouveau, résultent de découvertes de la recherche fondamentale datant de 1989. D’autres sont annoncés avant la fin de l’année…

Lire la suite »

La loi de programmation de la recherche – Avis de l’Union rationaliste

L’Union rationaliste a de tout temps considéré la science et la recherche comme l’une des bases fondamentales de son action militante. Fondée à l’initiative de grands savants comme Paul Langevin en 1930, cette association a joué un rôle essentiel lors de la création du Comité national de la recherche scientifique (CNRS) en 1939 sous l’impulsion de son père fondateur Jean Perrin. Aujourd’hui, alors que se met en place une nouvelle loi sur la programmation de la recherche (LPR) pour les cinq années à venir, l’Union rationaliste tient à faire connaître son avis sur cette loi et ses amendements en cours d’examen par les parlementaires…

Lire la suite »

RECHERCHE PAR THÈME

n°677

Les Cahiers Rationalistes

• Mars – avril 2022

n°222

Raison Présente

• Juillet 2022

Podcast

RECHERCHE PAR THÈME