Communiqué
France Culture
Cahiers rationalistes
Raison présente
previous arrow
next arrow

L'édito de l'Union

La formation des enseignants à reconstruire  
Un enjeu majeur pour l’école publique

Par le bureau de l’Union rationaliste

Le métier d’enseignant ne fait plus recette[1] : les concours de recrutement ne permettent même plus de remplir les postes statutaires parcimonieusement dispensés par l’État pour le primaire et le secondaire après les concours. Les rectorats en viennent à lancer des dispositifs de « job dating » pour recruter des enseignants contractuels.

Comment est-on arrivé à un tel échec pour l’école publique, atout majeur de mobilité sociale et d’émancipation ? De telles difficultés révèlent celles de l’institution scolaire, déconsidérée et précarisée comme le soulignait Laurence de Cock au colloque de l’Union rationaliste du 10 février 2022.

La crise des vocations vient de loin. Le manque d’attractivité résulte d’abord des salaires qui sont parmi les plus bas d’Europe pour la profession (2000€ – en brut- par mois pour un professeur des écoles débutant) à l’issue d’études pourtant longues (le master est requis, ce qui selon les cursus implique au moins au moins cinq années après le Bac). La revalorisation salariale de la profession est d’une évidente nécessité. 

Soulignons aussi une crise durable et profonde installée par le ministère pour le recrutement et la formation des personnels de l’éducation nationale. La formation initiale à l’université a subi des réformes successives déstabilisantes. Un grand flou a régné sur la chronologie de l’obtention du master, qui assure l’acquisition des connaissances scientifiques, et l’apprentissage des didactiques des disciplines enseignées.  Une mesure récente désastreuse vient de repousser le concours de recrutement à cinq ans après le Bac. Et il n’est pas rare qu’un nouvel embauché n’ait jamais mis les pieds dans une classe avant de faire face à ses premiers élèves !

Il est critique de ne pas vider les viviers d’étudiants qui pourraient choisir l’enseignement mais ne peuvent pas financer de trop longues études. A l’inverse il faudrait fidéliser un contingent de fonctionnaires–stagiaires décemment rémunérés dès les années de licence, formés en alternance à la pratique du métier d’enseignant et mis progressivement en responsabilité devant une classe.  On reviendrait ainsi à un système proche de celui des IPES[2] qui avaient permis, il y a plusieurs décennies, d’embaucher des jeunes enseignants issus des milieux moins favorisés.  On maîtriserait mieux aussi la concurrence déloyale avec le secteur privé.

Le plan de formation universitaire doit se penser comme continué après le recrutement. Pour les premières années d’exercice, un meilleur accompagnement, si possible personnalisé, est indispensable pour une adaptation progressive aux difficultés du métier. S’agissant du premier degré, un complément de connaissances devrait être fourni dans les disciplines de sciences exactes, car les nouveaux recrutés ont le plus souvent un cursus universitaire en science humaines et sociales ou en STAPS[3], mais doivent enseigner toutes les matières et en particulier les maths et les sciences.  De plus, tout au long de la carrière pour tous les enseignants déjà en poste, la formation continue à laquelle ils ont droit en principe devrait se poursuivre, et ce sur le temps de travail : or l’offre n’est pas là. Pourtant les contenus disciplinaires évoluent avec les avancées de la recherche, la compréhension des grands défis sociétaux progresse et les comportements de la jeunesse changent. 

Il est grand temps que le métier d’enseignant attire de nouveau des étudiants issus de tous les milieux sociaux, motivés et de haut niveau, bénéficiant d’une formation initiale et continuée de qualité sur tous les plans. Leur utilité collective revêt une importance majeure[4]

L’Union rationaliste appelle fermement les nouveaux responsables de l’Éducation nationale à réorienter rationnellement la formation de ses personnels enseignants, leur assurant une autonomie tant intellectuelle que matérielle. C’est un enjeu majeur de la démocratie à reconstruire.  

Le 20/06/2022
Michèle LEDUC, Pour le bureau de l’UR

[1] Voir l’analyse thématique de RogueESR du 10 février 2021
[2] Institut de Préparation aux Enseignements de Second Degré (1957-1979). Le concours des IPES se passait en première année universitaire et était ouvert à tous les étudiants.
[3] STAPS : Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives
[4] On peut voir aussi le communiqué du collectif FPE (Formation Des Enseignants) a discuté au congrès du Snesup de juin 2022.

Vous pouvez laisser votre commentaire en bas de la page : https://union-rationaliste.org/la-formation-des-enseignants-a-reconstruire-un-enjeu-majeur-pour-lecole-publique/

Hommage à Gérard Fussman

Disparition de Gérard Fussman, professeur honoraire du Collège de France, titulaire de la chaire Histoire du monde indien, de 1984 à 2011, membre de l'Union rationaliste. ...

lire la suite ...

Articles les plus lus

Recyclage et transition écologique

> DOCUMENT <
• Nous présentons un état des recyclages des métaux, des verres, creux ou plats, des emballages en matière plastique, des objets et plaques en plastique, des pneus, en précisant ce qui peut techniquement se faire et ce qu’il a été choisi de faire.
• Il faut souligner que ces recyclages permettent non seulement de diminuer les déchets (polluants ou non) et de pallier le manque futur de matériaux « de base », mais ils permettent aussi, dans la plupart des cas, de faire des économies d’énergie notables et de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, et ceci sans compter l’énergie nécessaire à l’extraction des minerais.
• Finalement, nous discutons la façon de combiner les divers recyclages aujourd’hui possibles, et ceux qui doivent être perfectionnés en priorité pour satisfaire au mieux les objectifs globaux de la transition écologique.

Lire la suite »

Carte blanche à Jean-Marc Levy-Leblond

Dieu : les preuves à l’épreuve

Le 21 juin 2022 :
Conférence de Jean-Marc Levy-Leblond (Physicien, essayiste, épistémologue) à 19 h 30 à l’Institut d’Astrophysique de Paris, 98-bis Boulevard Arago, 75104 Paris.

Spéculant sur la cosmologie moderne, un livre récent ravive le vieux débat sur la possibilité de démontrer scientifiquement l’existence de Dieu. En remontant d’abord aux meilleures sources, de Saint Thomas à Spinoza, puis en discutant l’interprétation des théories astrophysiques actuelles, on montrera la naïveté épistémologique, la méconnaissance historique, l’inculture philosophique et théologique de tels arguments. Et l’on avancera que la stratégie discursive la plus efficace dans ce genre de polémique pourrait utilement, par-delà la raison scientifique, faire appel à la fiction littéraire…

Lire la suite »

Carte blanche à Jean-François Delfraissy

Science, politique et société : l’exemple de la covid 19

Le 19 avril 2022:
Conférence de Jean-François Delfraissy (médecin et professeur de médecine) à 19 h 30 dans l’Amphithéâtre Henri Mineur de l’Institut d’Astrophysique de Paris, 98-bis Boulevard Arago, 75104 Paris.

La science, en particulier la médecine, a dû faire face au Covid 19 dont le mode d’action était complètement inconnu. Le monde scientifique a réussi toutefois à proposer un vaccin dans un laps de temps particulièrement rapide, en moins d’un an. Trop rapide aux yeux de certains. Expliquer, convaincre, s’ajuster en fonction des mutations permanentes d’un virus, avouer ses doutes tout en devant rassurer relève d’une gageure qu’il fallait relever coûte que coûte. li en va de la cohésion d’une société tout entière, de la crédibilité de l’action politique et de la parole de l’expert. L’exemple de la Covid 19 est un cas d’école qui continue à nourrir nos actions et nos réflexions…

Lire la suite »

Irène Frachon ou le courage de la raison

Irène Frachon, est ce médecin pneumologue qui s’est opposée au deuxième laboratoire pharmaceutique français. Elle est parvenue à établir la dangerosité du Mediator et s’est battue pour obtenir son interdiction. Elle vient de recevoir le Prix de l’Union rationaliste…

Lire la suite »

Covid et vaccination : redonner du sens aux chiffres

Au XVIIIe siècle la variole faisait en France 50 à 80 milliers de morts par an. L’inoculation de cellules malades, ancêtre de la vaccination, représentait un risque important (un mort pour 1200 inoculations) mais fut acceptée par les paysans comme par les familles royales et défendue par les philosophes des Lumières, face aux réticences religieuses et conservatrices. Grâce à la vaccination, l’épidémie fut enrayée, puis totalement éradiquée en 1980…

Lire la suite »

La culture scientifique, une urgence citoyenne

Appel à participer aux travaux du groupe de travail Culture Scientifique de l’Union rationaliste
« Faire connaître dans le grand public l’esprit et les méthodes de la science », tel est l’objectif affiché par l’Union rationaliste lors de sa création en 1930. Il est plus que jamais d’une grande actualité, alors que la science joue un rôle toujours plus important dans notre société. La présente pandémie, marquée très vite par le séquençage du virus et la mise au point rapide de vaccins nous en donne un nouvel exemple….

Lire la suite »

Les Communards à l’assaut du ciel

L’Union rationaliste regrette que le gouvernement français n’ait pas jugé bon de célébrer l’anniversaire des 150 ans de la Commune de Paris. Pour sa part l’UR tient à rappeler que bien des décisions révolutionnaires de la Commune touchent à des domaines qui lui tiennent particulièrement à cœur : la laïcité, l’éducation et la culture. Ces décisions, hélas trop vite annulées, ont été les ferments de grandes réformes dont l’histoire de la France a hérité. Elles sont rapportées dans l’article qui suit, publié dans les Cahiers Rationalistes n° 671 de mars-avril, les situant dans le contexte politique de l’époque…

Lire la suite »

L’Université gangrenée ?

Pour faire écho au débat suscité par le terme d’islamo-gauchisme, le bureau de l’UR a demandé à Alain Policar de s’exprimer sur le sujet. Le texte qu’il nous propose éclaire sans parti-pris et avec pédagogie des notions floues qui sous-tendent des débats très actuels.
Alain Policar est politologue et philosophe, professeur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof). Dernier livre paru : L’inquiétante familiarité de la race. Décolonialisme, intersectionnalité et universalisme, Le Bord de l’eau, 2020.

Lire la suite »

Pour une vaccination universelle

En mars dernier lorsque la pandémie a commencé ses ravages, nous pensions que la seule issue à cette crise exceptionnelle serait la mise en service d’un traitement antiviral efficace dans l’attente d’un vaccin. Or, malgré́ les progrès de la prise en charge des malades COVID-19, il n’existe toujours pas de traitement satisfaisant.
Mais, alors que les projections les plus optimistes les annonçaient pour fin 2021, plusieurs vaccins sont aujourd’hui en cours d’exploitation. Deux d’entre eux, qui s’avèrent être à ARN messager, d’un type nouveau, résultent de découvertes de la recherche fondamentale datant de 1989. D’autres sont annoncés avant la fin de l’année…

Lire la suite »

La loi de programmation de la recherche – Avis de l’Union rationaliste

L’Union rationaliste a de tout temps considéré la science et la recherche comme l’une des bases fondamentales de son action militante. Fondée à l’initiative de grands savants comme Paul Langevin en 1930, cette association a joué un rôle essentiel lors de la création du Comité national de la recherche scientifique (CNRS) en 1939 sous l’impulsion de son père fondateur Jean Perrin. Aujourd’hui, alors que se met en place une nouvelle loi sur la programmation de la recherche (LPR) pour les cinq années à venir, l’Union rationaliste tient à faire connaître son avis sur cette loi et ses amendements en cours d’examen par les parlementaires…

Lire la suite »

RECHERCHE PAR THÈME

n°677

Les Cahiers Rationalistes

• Mars – avril 2022

n°221

Raison Présente

• Mars 2022

Podcast

RECHERCHE PAR THÈME