Publications et médias

Thématique
France Culture

Spinoza ou L’« athée vertueux »

Emmanuelle Huisman-Perrin reçoit Alain Billecoq, agrégé de philosophie, rédacteur en chef des Cahiers rationalistes, qui nous parle de son nouveau livre Spinoza ou L’« athée vertueux » paru aux éditions Le temps des cerises.

En savoir plus

Intervention de l’UR au meeting du 5 décembre 2015, Pour la défense et la promotion de la loi de 1905

L’Union Rationaliste a été fondée en 1930 pour lutter contre toutes les formes d’irrationalisme. Elle a toujours mis en avant la défense et la promotion d’un enseignement et d’une recherche libre de tous préjugés, s’appuyant sur les faits, le raisonnement et l’expérience scientifique, non sur des idéologies préconçues. C’est pourquoi elle a toujours milité pour ce qu’elle considère comme une grande conquête de l’esprit humain, la laïcité dans sa conception française, c’est-à-dire la liberté de conscience et la séparation des Églises et de l’État, trop souvent remises en cause et pas même appliquées dans certains départements du territoire. Je pense en particulier à l’Alsace-Moselle, dont vous apercevez les banderoles, où existent encore le délit de blasphème, le financement des cultes par les impôts de tous, l’obligation de suivre un enseignement religieux au sein de l’école publique et des facultés de théologie dans l’université publique. Les militants laïques se battent pour faire introduire la loi émancipatrice de 1905. Leur combat est courageux car ils se heurtent jusqu’à présent à un manque de courage politique au nom d’un consensus qui cache mal la complaisance à l’égard du pouvoir politique des religions officielles reconnues…

En savoir plus

Parce qu’il va falloir raison garder

L’Union rationaliste condamne la barbarie des auteurs et des commanditaires des assassinats commis à Paris le 13 novembre 2015. Elle s’associe au deuil et à la douleur des personnes éprouvées par ces attentats meurtriers.
Il est de la responsabilité de tout citoyen de faire l’analyse des causes qui ont conduit à de telles actions afin d’apporter les réponses politiques appropriées qu’il appartiendra à nos représentants élus de mettre en place…

En savoir plus
France Culture

Religion et altérité

Guy Bruit reçoit John Scheid, professeur au Collège de France pour parler du rapport entre religion et altérité, autour de son livre, Les Dieux, l’État et l’individu – Réflexions sur la religion civique à Rome, paru au Seuil en 2013.

En savoir plus

Les tueurs de Dieu : le mal religieux

Horreur, compassion, indignation, aucun mot n’est assez fort, mais aucun ne suffit. Avec l’émotion, après elle, il faut surtout ne pas suspendre notre réflexion, car ils auraient gagné.

Lâches, « cons », barbares, les tueurs ? Ces mots ne les atteignent pas. Ils se croient défenseurs d’une Vérité supérieure : la seule vérité, puisque c’est celle de Dieu. Kamikazes ou pas, ils se pensent courageux et, pour tous leurs « frères » en humeur de les suivre dans leur « sainte bataille », ils sont des héros, martyrs destinés au Paradis. Liberté d’expression ? Aucun sens pour eux ! Ce qui a du sens, ce sont les oukases de Dieu, transmis par les œuvres dites sacrées et par leur prophètes et interprètes. Comment un croyant pourrait-il s’opposer à son Dieu ? …

En savoir plus
France Culture

Les attentats de janvier 2015

Emmanuelle Huisman-Perrin reçoit Gérard Fussman, professeur honoraire au Collège de France et ancien secrétaire général de l’Union rationaliste, pour réfléchir sur les attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015 et sur leurs conséquences ; il développe son point de vue dans l’article en ligne Charlie Hebdo, Vincennes et l’islam.

En savoir plus

Charlie Hebdo, Vincennes et l’islam

La manifestation géante du dimanche 11 janvier 2015 fut un bel hommage rendu aux victimes des trois attentats terroristes des 7 et 8 janvier 2015. Ce fut un réconfort de voir des millions de gens défiler calmement et sans peur, malgré les menaces d’attentats, pour défendre la liberté d’expression et refuser la barbarie. La presse et beaucoup de politiciens en profitèrent pour parler aussitôt d’union nationale. Ils avaient mal vu.

Il n’y avait dans les défilés aucune de ces femmes et jeunes filles françaises à foulard islamique que nous rencontrons tous les jours dans les transports en commun et les hypermarchés…

En savoir plus

Contre des crimes religieux et racistes : un peuple se soulève au nom de la laïcité

Les deux séries d’assassinats commis au nom d’une religion ont soulevé l’indignation des citoyens français et des démocrates de nombreux pays. L’ampleur et la dignité de la mobilisation témoignent de la réprobation des crimes et de l’attachement aux valeurs humanistes.

Au delà de l’émotion légitime, plusieurs questions sont à débattre dans notre société, celle de la liberté d’expression, celle de la laïcité et celle de la prééminence de la loi civile sur les prescriptions religieuses. Il faut aussi se donner les moyens d’application de ces principes …

En savoir plus

Lettre au ministère de la justice

À Madame la ministre de la justice, Garde des sceaux,
Les assassinats dont ont été victimes les journalistes de Charlie Hebdo bafouent la liberté d’expression. Leurs auteurs se sont appuyés sur le blasphème. La France entière s’est levée pour dire son refus de la haine et son attachement à défendre la liberté d’expression.
Or le délit de blasphème existe encore sur le territoire national, dans les trois départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle, en vertu d’une loi allemande du code pénal local (article 166)…

En savoir plus

12 janvier

L’Union Rationaliste n’a cessé de considérer la laïcité comme l’un des fondements de notre République, qui garantit notre liberté de penser et de nous exprimer, qui autorise à croire ou ne pas croire pourvu que l’on ne cherche pas à imposer ses convictions aux autres, celui qui permet notre vie ensemble. 

Un piège grossier a été tendu par l’extrême droite dont le ralliement soudain à la laïcité n’était que l’expression d’un rejet des étrangers et de nos concitoyens issus de l’immigration…

En savoir plus

Intervention de l’Union rationaliste devant l’Observatoire de la laïcité

Je suis heureuse et je l’en remercie, que l’Observatoire de la laïcité ait accordé une audition à l’Union rationaliste, association fondée en 1930 pour défendre le rationalisme en sciences, lutter contre toutes les formes de dogmatisme et de fanatisme, et, à cette fin, défendre la laïcité. Je rappelle que l’Union rationaliste avait été partie prenante de la Commission Stasi. Le droit local en Alsace-Lorraine est une question d’intérêt national car il touche aux droits de l’homme, que la République garantit, et à l’égalité devant l’impôt : tous les Français, y compris les Alsaciens-Lorrains bien sûr, contribuent par leurs impôts à l’entretien en Alsace et en Lorraine d’organisations religieuses et de personnes qui ne leur rendent aucun compte. Je ne cacherai pas que ma conviction est d’autant plus grande que je vis en Alsace depuis 1952, et que j’y ai enseigné, en collège et à l’université…

En savoir plus

Terrorisme, islam et fanatisme

Depuis quelques années les massacres et exactions commis en Afrique, au Moyen- Orient et en Europe par des groupes et des individus se réclamant de l’islam font que dans l’esprit de beaucoup de gens, le terrorisme est intrinsèque à l’islam. Nos gouvernants l’ont bien compris. Ils ont tout essayé pour éliminer les mots « musulman, islamique, islamiste » du vocabulaire officiel. Les groupes jihadistes que les troupes françaises ont pourchassés au Mali ont vite été rebaptisés terroristes ; on nous a expliqué qu’en fait c’étaient des bandits et des trafiquants. Comme si de simples bandits se préoccupaient de détruire les tombeaux de saints, de fouetter les femmes mal voilées et de couper la main aux voleurs ! Le groupe auto- proclamé État Islamique en Syrie et au Liban (maintenant Califat Islamique), d’abord appelé par ce nom ou son acronyme (français EI, anglais ISIL) est désormais officiellement désigné par son acronyme arabe Daech qui, pour un non-arabisant, n’évoque en rien l’islam. On peut comprendre le légitime souci des responsables politiques de ne pas confondre les individus (musulmans) et leur religion. On peut encore mieux comprendre le désir de ne pas considérer comme complices de ces massacres les très paisibles musulmans que nous côtoyons tous les jours et qui sont tout autant que nous horrifiés par des massacres dont les premières et plus nombreuses victimes sont les musulmans du Proche-Orient…

En savoir plus

Au-delà des mots, les faits. Quelques réflexions après les massacres du 13 novembre

J’ai écrit l’éditorial du n° 639 des Cahiers rationalistes le 15 novembre, à la demande du comité de rédaction. Les remarques faites par celui-ci m’ont amené à le compléter, mais la tonalité générale n’en a pas été modifiée. J’avais tâché de faire abstraction de tout sentiment et de n’exprimer ni horreur ni compassion, non pas faute de les ressentir, mais parce que ce n’était pas l’objet de ce texte. Et puis, il faut bien l’avouer, si l’on se refuse à utiliser des formules de circonstance si souvent répétées qu’elles sont désormais vides de sens, rien n’est plus difficile que de trouver des mots pour exprimer sa compassion sans aggraver la douleur de ceux à qui on les adresse. Quant à l’horreur, je laisse cela aux journalistes qui se précipitent pour demander aux mères éplorées « dites-nous combien vous êtes mal » et aux journaux qui, pour vendre davantage, cherchent à publier les photos les plus macabres qui soient, parfois obtenues par des moyens qui déshonorent ceux qui les ont faites et ceux qui les publient. Les Cahiers rationalistes ne s’abaissent pas à ce niveau…

En savoir plus

Derechef, de la laïcité

Dans les débats actuels sur les questions de laïcité dans l’enseignement en France, il est peu souvent question des universités. Le rapport d’étape sur les travaux de l’Observatoire de la laïcité1 (25 juin 2013) ne les évoque pas, les jugeant sans doute non prioritaires. Le projet de rapport du Haut commissariat à l’intégration2 (août 2013) traite quant à lui des problèmes posés par les tensions d’origine religieuse vécues dans un certain nombre d’universités et fait 12 propositions pour étendre à l’université les principes laïques de neutralité dans un service public, de monopole de l’État dans la collation des grades et de clarté dans l’attribution de locaux aux associations étudiantes…

En savoir plus

Laïcité dans les entreprises

Arrêt de la cour de cassation dans l’affaire Baby Loup

La cour de cassation a rendu le 25 juin son arrêt au sujet du licenciement d’une employée de la crèche Baby-Loup. Elle a confirmé la légalité du licenciement (voir les documents sur internet : Arrêt n° 612 du 25 juin 2014 (13-28.369) – Cour de cassation-Assemblée Plénière – ECLI: FR:CCASS:2014:AP00612 ainsi que l’avis de l’assemblée plénière et le rapport Truchot). Ces textes sont très intéressants (en dépit ou à cause de leur longueur). Ils insistent sur le but poursuivi par l’entreprise (petite enfance, origine et options philosophiques variées des familles, code du travail français) et sur le droit européen qui protège les intérêts de l’enfant et garantit aux parents le droit de choisir l’éducation de leurs enfants…

En savoir plus

Rapport de l’Observatoire de la laïcité

Le rapport annuel 2013-2014 de l’Observatoire de la laïcité a été publié en mai dernier. C’est un document volumineux, qui commence par rappeler les objectifs que s’était donnés l’Observatoire : informer, transmettre, proposer et observer.
Il débute par quatre avis sur des questions d’actualité : sur la charte de la laïcité à l’école, sur l’encadrement du fait religieux dans les structures privées de la petite enfance ( à partir de l’affaire de la crèche Baby-Loup), fait un rappel à la loi et propose l’instauration d’une journée nationale annuelle de la laïcité le 9 décembre. Dans la foulée, l’Observatoire a établi trois guides destinés à éclairer ceux et celles qui souhaitent élaborer des règlements intérieurs sur les limites à respecter pour rester conformes à la loi : pour les collectivités locales, pour les entreprises privées, pour les structures socio-éducatives. Ces avis et dossiers sont documentés et détaillés. L’Observatoire se fonde sur le rôle de l’État comme garant, par sa neutralité, du libre exercice de la liberté de conscience et de religion et sur le code du travail, qui prévoit que dans certaines circonstances, il peut être institué dans les entreprises privées des restrictions à la liberté d’exercice des pratiques religieuses (hygiène et sécurité, identification de la personne, nature de la tâche à accomplir, image de l’entreprise et paix sociale dans l’entreprise par l’interdiction du prosélytisme ou de pressions exercées sur des coreligionnaires). Ces mesures doivent être justifiées par la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché…

En savoir plus

À propos du statut scolaire de l’Alsace-Moselle

Voici quelques exemples de ce que vivent au quotidien les familles résidant en Alsace.

1) Réponse du chef de cabinet du ministre de l’Éducation nationale aux associations laïques qui l’avaient sollicité.

Lettre du 30 août 2013.

Vous avez appelé l’attention de Monsieur Vincent PEILLON, ministre de l’éducation nationale, concernant les modalités d’application de l’enseignement religieux dans les écoles d’Alsace-Moselle.

Le ministre, qui a pris connaissance de votre courrier, m’a personnellement demandé de vous répondre.

Je tiens à vous rappeler le caractère obligatoire de l’enseignement religieux en Alsace-Moselle qui constitue l’une des composantes d’un droit local posé par le Conseil constitutionnel et, plus encore, un principe fondamental reconnu par les lois de la République.

Non seulement il ne répond pas à la question posée, mais encore il écrit que la non laïcité est à considérer comme un principe fondamental reconnu par les lois de la République !

En savoir plus

À propos de la Charte de la laïcité

Le ministre de l’éducation nationale a présenté, lundi 9 septembre 2013, la charte de la laïcité qui doit être affichée dans toutes les écoles, collèges et lycées. L’UR salue l’initiative du ministre concernant l’affichage de la charte dans les établissements primaires et secondaires publics. Rappeler les principes qui garantissent la liberté de conscience fondent le vivre ensemble à l’école et qui forment les futurs citoyens aux valeurs de la république est une garantie pour la démocratie et un moyen de lutter contre les dérives communautaristes.

Cette charte contient 15 articles. Les premiers rappellent les principes fondamentaux de la France en tant que République indivisible, laïque, démocratique et sociale, organisant la séparation des religions et de l’État…

En savoir plus

n°671

Les Cahiers Rationalistes

Mars-avril 2021

n°217

Raison Présente

• Mars 2021

Podcast

RECHERCHE PAR THÈME