Publications et médias

Thématique

Jean-Pierre Kahane

Jean-Pierre Kahane nous a quitté le 21 juin 2017.
Ses obsèques se tiendront vendredi 30 juin de 10h30 à 11 h 30 au crématorium du Père Lachaise, dans la grande salle de la coupole.
L’Union rationaliste perd un militant éminent, académicien des sciences, mathématicien très respecté par sa communauté, et directeur de la revue du PCF Progressistes consacrée à la science, au travail et à l’environnement.
Il présida notre association de 2001 à 2004 et était membre du comité de rédaction des Cahiers rationalistes.

En savoir plus
France Culture

Les défis de la République

Emmanuelle Huisman-Perrin reçoit Bruno Perreau, politiste, professeur au MIT, pour la publication de son ouvrage collectif aux Presses de Sciences Po, Les défis de la République – Genre, territoires, citoyenneté.

En savoir plus
France Culture

Fêtes & divertissements à la cour

Emmanuelle Huisman-Perrin reçoit Elisabeth Caude, conservatrice en chef du patrimoine, pour évoquer l’exposition “Fêtes & divertissements à la cour” présentée au château de Versailles du 29 novembre 2016 au 26 mars 2017.

En savoir plus
France Culture

Spinoza ou L’« athée vertueux »

Emmanuelle Huisman-Perrin reçoit Alain Billecoq, agrégé de philosophie, rédacteur en chef des Cahiers rationalistes, qui nous parle de son nouveau livre Spinoza ou L’« athée vertueux » paru aux éditions Le temps des cerises.

En savoir plus
France Culture

N’ba

Emmanuelle Huisman-Perrin reçoit Aya Cissoko, pour qu’elle nous parle de son nouveau livre N’ba – « ma mère » en bambara – paru aux éditions Calmann-levy.

En savoir plus

La France en quête de raison et d’humanisme : propositions pour une éthique des Lumières renouvelée (deuxième partie)

Si le logiciel communautariste « tyrannie des minorités » et le programme économique néolibéral heurtent de front une partie croissante de la population majoritaire, l’adoption de la doctrine fasciste ou réactionnaire devrait être perçue comme un signe d’infantilisme et/ou de facilité pour les citoyens éclairés d’un pays qui a inventé, avec d’autres, les Lumières et qui a eu nombre de problèmes tout aussi importants à résoudre dans son histoire. Il reste la question : comment passer du Refus et/ou de l’Indignation à la Révolte et au Changement sans représentation syndicale ou politique adéquate et sans passer par la case de l’Extrême droite ? …

En savoir plus

La France en quête de raison et d’humanisme : propositions pour une éthique des Lumières renouvelée (première partie)

A force de concentrer leur attention sur les personnes en difficulté des quartiers périphériques, les élites des beaux quartiers des centres-villes perdent le sens des autres réalités et oublient qu’il existe aussi ailleurs, dans le péri-urbain et dans le rural, une population elle-même en déshérence : les ouvriers, les employés, les agriculteurs, les petits entrepreneurs, les retraités pauvres….. qui se sentent sacrifiés et abandonnés par tous les décideurs politiques (de droite et de gauche) et qui voient un seul parti (celui d’extrême droite) ne pas les traiter avec mépris ou dédain[1] et leur proposer une porte de sortie. La seule porte de sortie possible ? Les élites de droite et de gauche ont une responsabilité majeure dans cette évolution et ont la responsabilité de proposer une alternative solide. Ce double article vise à démontrer que c’est possible si tous les acteurs de la gauche non communautariste et de la droite non maurrassienne y mettent de la bonne volonté et s’appuient sur un socle éthique historique qui a fait ses preuves et qu’il importe de réactiver avant qu’il soit trop tard…

En savoir plus
France Culture

Frontières, les limites et leurs limites

Emmanuelle Huisman-Perrin reçoit Yvan Gastaut, historien à l’université de Nice et membre du comité d’orientation du musée de l’immigration pour évoquer avec lui la très belle exposition dont il est co-commissaire et qui se tient à Paris jusqu’au 29 mai à la porte Dorée : Frontières, les limites et leurs limites.

En savoir plus

Condorcet, l’instruction publique et la pensée politique

Pourquoi s’intéresser à Condorcet théoricien de l’instruction publique ? Quelles sont les grandes lignes de cette pensée ?

            L’origine de l’intérêt que je [Catherine Kintzler] porte à Condorcet théoricien remonte aux projets de réforme de l’école à la fin des années 70, début des années 80. L’esprit de ces projets, qui irrigue une sempiternelle « réforme », n’a guère changé : il s’agit toujours d’aligner l’école sur un modèle « libéral », c’est-à-dire de la soumettre à son extériorité en lui demandant de se fondre dans « la société ». Les discours qui sous-tendent ces tentatives sont connus : thématique de l’« ouverture de l’école sur le monde », du « lieu de vie », transformation des parents en lobbies de consommateurs, particularisation et mise en concurrence des établissements publics par le biais de « projets spécifiques », substitution de la notion d’objectif à celle de programme, effacement de l’autorité épistémologique (les professeurs ont d’avance toujours tort s’agissant des passages de classe), effacement de la notion de loi commune au profit d’une négociation incessante de toute discipline avec les élèves, sacralisation de la pédagogie dite d’éveil.;;

En savoir plus

Parce qu’il va falloir raison garder

L’Union rationaliste condamne la barbarie des auteurs et des commanditaires des assassinats commis à Paris le 13 novembre 2015. Elle s’associe au deuil et à la douleur des personnes éprouvées par ces attentats meurtriers.
Il est de la responsabilité de tout citoyen de faire l’analyse des causes qui ont conduit à de telles actions afin d’apporter les réponses politiques appropriées qu’il appartiendra à nos représentants élus de mettre en place…

En savoir plus

Les langues régionales ou minoritaires

La question de la ratification de la charte européenne des langues régionales ou minoritaires devait revenir cet été sur la scène publique, mais le débat a finalement été une fois de plus repoussé. Plus le temps passe, plus cette charte soulève des questions graves, sur lesquelles le Conseil constitutionnel et le Conseil d’État ont rendu par trois fois un avis défavorable argumenté. La pertinence de la ratification n’apparaît pas, mais le danger d’y procéder…

En savoir plus
France Culture

Des migrants et des guerres

Emmanuelle Huisman-Perrin reçoit Alain Joxe spécialiste des questions stratégiques, directeur d’études honoraire à l’école des hautes études en sciences sociales pour parler des migrants et des guerres.

En savoir plus
France Culture

Une brève histoire de la violence

Emmanuelle Huisman-Perrin reçoit Philippe Breton, professeur à l’université de Strasbourg en sciences de l’information et de la communication, pour parler des violences extrêmes, à l’occasion de la sortie de son ouvrage Une brève histoire de la violence aux Éditions Jean-Claude Béhar.

En savoir plus

Mandela philosophe

   Après la grande cérémonie d’adieux à Nelson Mandela au cours de laquelle on vit une foule de chefs d’État verser une larme sur le grand homme, en décembre 2013, il paraît n’en rester que des tee-shirts à son effigie et le souvenir d’un homme qui eut le mérite d’empêcher qu’un peuple martyrisé reprenne à ses bourreaux tout ce qu’ils lui avaient volé et qu’on mette en prison une foule d’assassins. Mais il n’est plus du tout question des raisons profondes qui firent de Mandela une figure de portée universelle, et des leçons qu’il est possible de tirer de sa vie. Or si Nelson Mandela n’a jamais prétendu élaborer une philosophie, même si certains de ses écrits en prennent explicitement la tournure, il m’a paru pertinent de décrypter les contours d’une telle philosophie – en actes donc, accompagnés de mots, comme ce fut le cas pour Socrate, Diogène, Jésus ou Epictète …
Pourquoi suis-je athée ? Cette question est en soi un peu étrange, car prise à la lettre elle impliquerait qu’il y aurait des raisons de croire ou de ne pas croire…

En savoir plus

Les tueurs de Dieu : le mal religieux

Horreur, compassion, indignation, aucun mot n’est assez fort, mais aucun ne suffit. Avec l’émotion, après elle, il faut surtout ne pas suspendre notre réflexion, car ils auraient gagné.

Lâches, « cons », barbares, les tueurs ? Ces mots ne les atteignent pas. Ils se croient défenseurs d’une Vérité supérieure : la seule vérité, puisque c’est celle de Dieu. Kamikazes ou pas, ils se pensent courageux et, pour tous leurs « frères » en humeur de les suivre dans leur « sainte bataille », ils sont des héros, martyrs destinés au Paradis. Liberté d’expression ? Aucun sens pour eux ! Ce qui a du sens, ce sont les oukases de Dieu, transmis par les œuvres dites sacrées et par leur prophètes et interprètes. Comment un croyant pourrait-il s’opposer à son Dieu ? …

En savoir plus

Venez découvrir

Podcast

RECHERCHE PAR THÈME