Articles

Les deux fonctions distinctes et complémentaires de la recherche scientifiques

Par Philippe Lazar
L’expertise collective des scientifiques pour les décideurs

La mobilisation des « scientifiques » requise par les pouvoirs publics pour les guider dans la gestion de la multitude des problèmes créés par l’actuelle pandémie est légitime. Elle peut néanmoins conduire à bien des confusions quant aux modalités d’expression de leur incontestable capacité « d’expertise ». La recherche scientifique en tant que telle est une activité par nature internationale, hautement compétitive en même temps que nécessairement coopérative, très exigeante du point de vue de sa qualité, ésotérique pour le commun des mortels, beaucoup moins souvent « multidisciplinaire » qu’on ne le prétend, aléatoire dans la nature de ses résultats et à long terme dans leur obtention. La réponse aux interrogations de la société en termes de gestion de crises (ou même plus simplement en termes de décisions stratégiques à prendre) suppose une organisation structurellement très différente : on peut la définir en prenant le contrepied des caractéristiques ci-dessus énumérées ! Les problèmes à vocation décisionnelle sont toujours pluridisciplinaires …

Dieu seul sait s’il existe

Le livre intitulé Dieu, la science, les preuves[1], a récemment fait la Une du Figaro et du bruit dans Landernau en prétendant, en plus de 500 pages, apporter sans ambages des arguments sérieux permettant de croire en l’existence d’un créateur. Trois ans de travail avec plus de vingt scientifiques et de spécialistes de haut niveau : voici révélées les preuves modernes de l’existence de Dieu, selon l’éditeur de l’ouvrage Guy Trédaniel.
En tant qu’astrophysicien, je ne peux que m’élever vigoureusement contre cette offensive médiatique …

À qui appartient le ciel ?

Séminaire :
À qui appartient le ciel ? L’astronomie en prise avec l’accaparement mercantile des orbites basses

Des flottes composées de milliers mini-satellites en orbite basse terrestre (~300-500 km d’altitude) sont en cours de déploiement ou le seront bientôt. Ces services commerciaux promettent de connecter à Internet le monde entier. En guise de tête de gondole, le projet Starlink, filiale de l’entreprise SpaceX d’Elon Musk, illustre les méthodes et les objectifs mercantiles de ce segment de l’industrie spatiale relié au capitalisme numérique…

Covid-19 : où en sommes-nous ?

L’Académie des Sciences vous invite à assister en direct à la cinquième séance exceptionnelle sur la maladie à coronavirus COVID-19. Cette conférence 100 % digitale est gratuite et ouverte à tous. Pour y participer et poser vos questions, rendez-vous mercredi 22 septembre de 17h à 18h45 sur notre chaîne Youtube.

Antoine Triller élu Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences

Président de l’Union rationaliste, médecin et neurobiologiste, Antoine Triller vient d’être élu Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences pour la deuxième division (sciences chimiques, biologiques et médicales et leurs applications). Succèdant à Pascale Cossart, en poste depuis le 1er janvier 2016, Antoine Triller prendra ses fonctions le 1er janvier 2022. Actuellement vice-président de l’Académie des sciences, Antoine Triller siégera au Bureau de l’Académie des sciences, aux côtés d’Étienne Ghys, Secrétaire perpétuel pour la première division (sciences mathématiques et physiques, sciences de l’univers et leurs applications), du président Patrick Flandrin, et du vice-président, dont l’élection aura lieu dans les mois qui viennent…

Alsace-Moselle, un statut de l’école non laïque

En faisant de la commémoration de la séparation de l’Église et de l’État, l’anniversaire de la laïcité, notamment à l’école, on introduit une certaine confusion dans les principes qui sont à la base de la conception française de la laïcité, laquelle est antérieure à 1905 et fondamentalement liée à la création de l’école publique. L’Alsace et la Moselle n’ont pas connu les débats et les avancées laïques de la fin du 19e et du début du 20e siècle qui ont conduit la France aux lois scolaires (lois Ferry du 28 mars 1882 et loi Goblet du 30 octobre 1886) et, une vingtaine d’années plus tard, à la loi de séparation de l’Église et de l’État…

Les Communards à l’assaut du ciel

L’Union rationaliste regrette que le gouvernement français n’ait pas jugé bon de célébrer l’anniversaire des 150 ans de la Commune de Paris. Pour sa part l’UR tient à rappeler que bien des décisions révolutionnaires de la Commune touchent à des domaines qui lui tiennent particulièrement à cœur : la laïcité, l’éducation et la culture. Ces décisions, hélas trop vite annulées, ont été les ferments de grandes réformes dont l’histoire de la France a hérité. Elles sont rapportées dans l’article qui suit, publié dans les Cahiers Rationalistes n° 671 de mars-avril, les situant dans le contexte politique de l’époque…

Pour les étudiants, un diplôme ‘Covid’ ?

Parmi toutes les conséquences désastreuses engendrées par la crise sanitaire et sa gestion qui, prétendant protéger la santé de la population, a protégé par-dessus tout le monde de la production, le devenir d’une cohorte d’étudiants dans les universités n’a pas été l’objet de questionnements. Alors que la recherche scientifique au langage complexe s’impose dans notre quotidien, l’université qui a vocation à former les travailleurs intellectuels et les chercheurs de demain a cessé de fonctionner ce jour de mars 2020 où le gouvernement a décrété le confinement du pays. Le monde universitaire est devenu quasi invisible pour ceux qui avaient à gérer la situation sanitaire, oublié dans les financements de sauvegarde …

L’Université gangrenée ?

Pour faire écho au débat suscité par le terme d’islamo-gauchisme, le bureau de l’UR a demandé à Alain Policar de s’exprimer sur le sujet. Le texte qu’il nous propose éclaire sans parti-pris et avec pédagogie des notions floues qui sous-tendent des débats très actuels.
Alain Policar est politologue et philosophe, professeur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof). Dernier livre paru : L’inquiétante familiarité de la race. Décolonialisme, intersectionnalité et universalisme, Le Bord de l’eau, 2020.

Laïcité dans l’enseignement supérieur : des régressions travesties en avancées.

Dans les débats actuels sur les questions de laïcité dans l’enseignement en France, il est peu souvent question des universités. Le rapport d’étape sur les travaux de l’Observatoire de la laïcité1 (25 juin 2013) ne les évoque pas, les jugeant sans doute non prioritaires. Le projet de rapport du Haut commissariat à l’intégration2 (août 2013) traite quant à lui des problèmes posés par les tensions d’origine religieuse vécues dans un certain nombre d’universités et fait 12 propositions pour étendre à l’université les principes laïques de neutralité dans un service public, de monopole de l’État dans la collation des grades et de clarté dans l’attribution de locaux aux associations étudiantes. Mais le tableau n’est pas complet car il n’évoque pas la situation des deux universités publiques de Strasbourg et de Nancy au sein desquelles sont financées des facultés religieuses (catholiques et protestante) qui servent depuis des décennies de terrain d’expérience à une stratégie éducative antilaïque…