Publications et médias

Thématique

Églises d’état et églises concordataires dans l’ Union Européenne

Le spectacle des actualités télévisées donne souvent aux Français républicains et laïques (ils sont la majorité, fort heureusement) l’impression de vivre dans un monde où dominent les comportements politiques contre nature. C’est parfois drôle, comme le récit des amours contrariées du prince Charles, soumis à la censure de l’Église anglicane dont il est censé devenir un jour le chef. Le plus souvent, c’est effrayant et cela devrait nous rappeler qu’il vaut la peine de se battre pour la laïcité. Au nom de la loi de Dieu, on a ainsi vu des élections saoudiennes où les femmes sont interdites de vote et où il faut proclamer son allégeance à un islam pur et dur (wahabite) pour avoir le droit d’être candidat ; des élections irakiennes où votaient des femmes, mais voilées de la tête aux pieds et toujours accompagnées de leur mari ou de leur frère, et dont le parti shiite démocratiquement vainqueur a pour principal programme d’imposer la loi prétendûment divine de la charia au pays tout entier…

En savoir plus

Ne charrions pas !

Chez les experts, on ne cesse de s’en étonner : que les Canadiens sont naïfs face à la mouvance islamiste! Les militants de l’islam ont beau jeu de les embobiner. Il faut pourtant se méfier des promoteurs de la charia qui jouent sur les mots.
Ainsi donc, le président du Conseil musulman de Montréal, Salam Elmenyawi, se dit mal compris par Le Devoir, alors que nous faisions état samedi de ses démarches auprès du ministre de la Justice, Jacques Dupuis, pour créer un Conseil de la charia au Québec. Il n’est pas question d’un tribunal islamique, dit-il, mais de médiation. Et ce n’est qu’accessoirement qu’il en parlera au ministre, lorsqu’il le verra : il y aura tant d’autres sujets à discuter. La couleuvre est grosse à avaler…

En savoir plus

La religion, fait historique et social

Je me suis occupé de la religion grecque, et, avec d’autres jeunes savants, dans les années 60, indianistes, assyriologues, égyptologues, africanistes, et d’autres, on a essayé de comparer des systèmes religieux et de se poser des problèmes à ce sujet. Mais la religion, ça me dépasse, de tous les côtés, et quand je dois faire cette conférence que je fais parce qu’on me l’a demandé, parce que je suis profondément attaché à l’Union Rationaliste, par ma biographie, par ma conviction, j’ai le sentiment que je n’arriverai pas à présenter les problèmes de la façon qui conviendrait. On a dit que j’étais un agnostique. Pire que ça : j’ai souvent raconté que la première organisation à laquelle j’avais adhéré, du temps très lointain de ma jeunesse, quand j’avais dix-sept ans, s’appelait Association internationale des athées révolutionnaires, les « sans Dieu », dont le siège était à Moscou. Et, en 1934, voyageant en Union Soviétique, encore fort jeune, je visitais beaucoup de musées de l’athéisme, de l’irréligion, dont certains avaient été établis dans des églises…

En savoir plus

Radicalité laïque et mouvement social

L’indispensable convergence
Si le militantisme laïque paraît actuel, c’est qu’aujourd’hui encore des États théocratiques persécutent les infidèles et oppriment les femmes, que la première puissance mondiale fait la guerre au nom de Dieu et que nul ne peut être assuré que le darwinisme sera toujours l’objet d’un enseignement serein dans les écoles. Pourtant, la laïcité n’est pas seulement critique ou défensive. Elle a resurgi dans notre espace public lors du débat sur le port des signes religieux à l’école pour être confirmée comme une force vivante profondément enracinée dans la société…

En savoir plus

Le service public et l’école dite libre

1. Introduction
Il est peu de mesures aussi efficaces pour jeter nos concitoyens dans la rue que des projets de modification dans un sens ou dans un autre des conditions d’exercice (indépendance, conditions matérielles, etc.) de la liberté de l’enseignement ; c’est dire la sensibilité de la question scolaire dans notre pays. Il était donc important d’aborder dans ce colloque aussi bien les questions de la laïcité institutionnelle que celles relatives à la laïcité scolaire.
Notre questionnement sera avant tout de conduire une réflexion, bien sûr instruite sur la base de faits, sur une conception de la laïcité scolaire qui mériterait d’être portée par le rationalisme militant dans la perspective donnée par Jean-Pierre KAHANE, à savoir celle de la « reconquête »…

En savoir plus

Laïcité et rationalisme

La laïcité a été souvent vécue en France comme une lutte contre l’emprise du catholicisme sur l’État. La désaffection croissante des Français pour le culte catholique, l’attitude relativement modérée des évêques français, même si elle est de circonstance, la visibilité grandissante de l’islam font désormais que la laïcité ne peut plus se définir seulement par rapport à l’église catholique. Les laïcs peuvent par ailleurs se sentir gênés de se trouver aux côtés de la hiérarchie catholique pour réclamer le maintien sans modification de la loi de 1905 de séparation de l’église et de l’État. Ils se sentent floués quand les églises détournent à leur profit une revendication scientifique et laïque, celle de l’enseignement de l’histoire des religions, et la transforment en revendication d’enseignement des religions, c’est-à-dire en catéchèse universelle, par la force des choses à forte dominante catholique. L’affaire dite du foulard islamique voit se rejoindre une droite opposée à l’islam et à l’immigration et une gauche antireligieuse soucieuse de ne pas voir mettre en péril les difficiles conquêtes de l’émancipation féminine. Par ailleurs le relatif isolement de la France laïque, dans une Europe qui majoritairement ne l’est pas, suscite des inquiétudes légitimes. Il n’est pas étonnant dans ces conditions que les laïques s’interrogent et prennent parfois des positions opposées…

En savoir plus

Liberté de conscience – Un regard sur les principes de la loi de 1905

Dans un peu plus de deux ans (le 9 décembre 2005) la fameuse “loi de 1905”, pas toujours bien connue, sujette à interprétations et souvent malmenée, aura 100 ans. De la construction européenne à la guerre en Irak en passant par le conflit du Moyen Orient, il n’est pas d’endroit sur la planète où un fondamentalisme religieux catholique, protestant, musulman ou juif, ou une idéologie d’État ne prétende dicter sa loi. Chacun aura pu constater, notamment dans la presse, que d’aucuns peaufinent déjà leurs arguments pour justifier une révision ou un “toilettage” de la loi de 1905. Loin de nous la tentation de faire référence à un âge d’or de la laïcité qui serait aussi mythique que les futurs messianiques proposés par quelques idéologies (pas toutes religieuses) ; loin de nous aussi de prétendre que cette loi serait entièrement cohérente ou serait en dehors de l’histoire : il est une évidence pour quiconque la lit qu’elle porte les stigmates de son temps, les cicatrices des combats qu’il a fallu mener et des compromis qu’il a fallu passer…

En savoir plus

L’Union Rationaliste, sa nécessité et ses buts

Le 29 mars prochain, l’Union rationaliste réunira ses militants en Assemblée générale annuelle et nous avons pensé qu’à cette occasion, il serait bon de rappeler ses objectifs. Comme toutes les organisations militantes, elle a besoin d’adhérents, de militants et plus ils seront nombreux, plus l’action et fa voix de l’Union pourront se faire entendre et plus elle sera efficace. Aussi nous avons demandé à Jean-Pierre Kahane qui est mathématicien, membre de l’Académie des sciences et qui est le président de l’Union rationaliste, de venir exposer pourquoi une telle organisation est nécessaire et quels sont ses buts. En principe nous pensons réaliser sur le thème du rationalisme trois émissions ; deux autres devraient suivre celle que vous entendez aujourd’hui telles seront consacrées à la défense du rationalisme dans les sciences qu’on appelle dures : la physique ou la biologie puis dans les sciences humaines…

En savoir plus

Est-ce à l’école laïque de valoriser ” le religieux ” ?

Une meilleure connaissance des religions dans le premier et le second degré : qui pourrait aujourd’hui s’en plaindre, dès lors que sont distingués prosélytisme et information? Mais cette question qui sous-tend le rapport Debray sur “L’enseignement du fait religieux dans l’école laïque” [1] (mars 2002) est faussement naïve. Il est parfaitement possible, sous couvert d’une présentation objective, d’accompagner la présentation de ” faits religieux ” convenablement choisis d’un jugement de valeur positif et bienveillant, non pas certes envers telle confession présentée comme la seule vraie, ce qui serait aujourd’hui insupportable, mais envers la posture religieuse comme telle. Qu’importe la croyance, ce qui est beau, émouvant, normal, humain en somme, serait de croire. C’est précisément dans ce sens, celui d’une réhabilitation du religieux sous couvert d’éclairage historique des religions, que vont un certain nombre de manuels scolaires récents : typique est de ce point de vue le traitement de la Bible comme texte fondateur dans certains manuels actuels de 6ème (français), aux commentaires et aux guides de lecture fort proches de ceux d’un livre d’histoire sainte…

En savoir plus

La liberté de religion dans la République française

Les religions jouissent en France d’une liberté qu’elles n’avaient connue à aucune époque antérieure à la IIIe République, que ce soit sous l’Ancien Régime (où le pouvoir régalien de l’État s’exerçait même sur la religion catholique), ou sous le Concordat (complété par les Articles organiques, eux-mêmes d’inspiration régalienne) ; pour ne pas parler de la Constitution civile du clergé, qui créait une véritable Église d’État. Toutefois, le terme de ” libertés religieuses ” n’est jamais employé dans les textes législatifs ou réglementaires ; si on l’utilise, il vaut donc mieux le mettre entre guillemets. A défaut du terme, la chose existe, on va le voir. Plusieurs points sont ici à considérer…

En savoir plus

Un rationaliste devant l’islam

Jean Boussinesq Sociologue, théoricien de la laïcité Partager sur twitter Partager sur email Partager sur print 01/06/1998 Un rationaliste devant l’islam UN RATIONALISTE : mon propos n’engage que moi. Et

En savoir plus

Europe et laïcité

Aujourd’hui, quiconque s’interroge sur l’actualité et le devenir de la laïcité ne peut faire l’impasse sur le fait européen. La France est en effet engagée dans un processus, sans doute irréversible, d’intégration européenne. La question laïque doit donc être désormais posée à ce double niveau géographique et politique.
Il est sans doute temps de le faire, car l’Union européenne se trouve à un tournant de son histoire, avec la perspective de son élargissement aux pays d’Europe centrale et orientale ainsi que les négociations de la conférence intergouvernementale visant à approfondir les compétences communautaires et à rationaliser son processus décisionnel…

En savoir plus

Menaces actuelles sur la laïcité

Elles viennent d’au moins trois directions.
1. La première, et la plus anciennement connue, est celle des Eglises chrétiennes qui acceptent mal leur relégation au secteur privé et qui cherchent constamment à accroître leur influence sur la société et à retrouver leur place d’interlocuteurs privilégiés de l’Etat. Elles le font directement (demande de reconnaissance du rôle historique de la religion chrétienne dans le préambule de la constitution européenne, érection d’une croix de 17 mètres sur le parvis de ND de Paris pendant la semaine de Toussaint, inflation médiatique des derniers instants du pape Jean-Paul II …) ou indirectement par entrisme dans des institutions républicaines ou européennes …

En savoir plus

Venez découvrir

Podcast

RECHERCHE PAR THÈME