Publications et médias

Thématique

La mort au cœur du vivant

Le rêve de chaque cellule, a écrit François Jacob, est de devenir deux cellules.
Ce rêve est certainement celui de la cellule originelle, l’œuf, cette sphère infime de matière vivante, qui construira le corps tout entier, celui d’un ver ou celui d’un éléphant. Cette création de la matière vivante, l’organisation et la genèse de la forme ont été au cours de l’histoire de la biologie, les maîtres mots pour définir les mécanismes qui sous-tendent le développement des organismes. Parvenir à découvrir comment se déclenche ou s’arrête la duplication du patrimoine génétique a donc été la clé du secret de la génération.
En revanche, il n’était venu à l’esprit d’aucun des biologistes du XIXe et de la plus grande partie du XXe siècle, que la mort des cellules pouvait jouer un rôle aussi important que leur prolifération dans la construction du vivant.
Des épisodes de mort cellulaire chez l’embryon avaient bien été décrits par les histologistes. Mais, parce que le développement est avant tout genèse et non destruction, ils furent considérés comme un défi au bon sens et par conséquent anecdotiques et négligeables…

En savoir plus

Science et démocratie

« SCIENCE ET démocratie » est un thème sur lequel on pourra réfléchir longtemps, mais qui, à chaque moment, à une coloration particulière. En ce moment, mai 2003, on pense immé¬diatement à l’émotion qui s’est emparée des milieux de la recherche scientifique en France à l’annonce des réductions massives décidées par le gouvernement dans les crédits de la recherche, et au succès relatif qui a été leur atténuation. On pense également aux laboratoires d’Avents, héritiers des laboratoires de Rhône-Poulenc, qui abandonnent la quasi-totalité de leurs programmes de recherche. On pense à la priorité aux recherches susceptibles d’engendrer des pro¬fits spectaculaires, à l’appropriation privée des connaissances scienti¬fiques, au déséquilibre mondial croissant au bénéfice des Etats-Unis. Le thème « Science et démocratie » apparaît d’emblée comme lié à l’actualité, à la politique et au combat civique…

En savoir plus

Rationalisme et démarche scientifique

Guy Bruit : Le mois dernier, Jean-Pierre Kahane, président de l’Union rationaliste, a défini ici même, notre rationalisme. Nous voudrions aujourd’hui poursuivre l’explicitation de nos objectifs en traitant de la démarche scientifique. Nos statuts en effet affirment notre volonté de ” défendre le rationalisme et répandre la démarche scientifique dans tous les domaines où elle est pertinente “. Phrase qui semble impliquer que rationalisme et démarche scientifique sont synonymes, mais est-ce tout à fait juste ?
Pour répondre à cette question il faut sans doute commencer par s’interroger sur la démarche scientifique. Or, nombre de membres de l’Union rationaliste sont des scientifiques, quelques-uns particulièrement éminents : c’est l’un d’entre eux, professeur honoraire au Collège de France, membre de l’Académie des sciences et vice-président de l’Union rationaliste, que nous avons invité aujourd’hui. Il s’agit de Pierre Joliot…

En savoir plus

Les médecines parallèles

Nous recevons ce matin Marcel-Francis Kahn. Il est toujours difficile de présenter un invité plus célèbre que soi, aussi me contenterai-je de rappeler que vous êtes médecin, professeur à Bichat, que vous avez exercé longtemps les fonctions de chef de service en rhumatologie et que parmi les combats que vous avez menés – ils sont nombreux – on trouve celui contre les médecines dites parallèles et d’abord l’homéopathie. I1 n’y aurait peut-être pas lieu de reparler de ces questions, sinon pour réfuter les assertions fausses mais toujours réitérées des partisans de ces pratiques, si le Conseil de l’Ordre des médecins n’était intervenu récemment dans un rapport sur l’enseignement de l’homéopathie. Pouvez-vous nous rappeler les faits et nous dire votre réaction personnelle, publiée immédiatement dans Le Monde ? …

En savoir plus

Convergences contre la science

On a pu reprocher à Sokal et Bricmont de s’attaquer seulement à certains aspects, qui peuvent sembler formels, de l’œuvre des philosophes qu’ils commentent, sans examiner au fond leur théories et leurs travaux.
A la vérité, en analysant, dans ces ouvrages, les utilisations abusives du langage des philosophes qu’ils étudient, Sokal et Bricmont s’attaquent à quelque chose de bien plus important, me semble-t-il, que le message qu’auraient souhaité transmettre ces auteurs, ils s’attaquent à leur méthode. Et ce faisant, ils mettent en lumière en quoi cette méthode, celle des écrivains mis en cause, diffère de la méthode scientifique, en quoi même, prise au pied de la lettre, elle pourrait la déconsidérer. Car ces écrivains (je n’ose dire philosophes), pour différents qu’ils soient les uns des autres, suggèrent plus ou moins que l’intuition créatrice est un moyen de découverte, y compris dans les domaines couverts par la science, aussi valable que les déductions rigoureuses dont nous avons l’habitude, enchaînant observations et théories. Ces écrivains-là rejoignent une forme très ancienne d’idéalisme, et nous y reviendrons in fine.

En savoir plus

n°671

Les Cahiers Rationalistes

Mars-avril 2021

n°217

Raison Présente

• Mars 2021

Podcast

RECHERCHE PAR THÈME